Grâce à Gaëlle, on a visité les coulisses… de la centrale photovoltaïque de Nantes

Située au dessus du parking du centre commercial Beaulieu, la centrale photovoltaïque de Nantes se fait discrète. Nous avons affronté vent et marée pour partir à sa découverte… en fait juste un peu de pluie, mais c’était déjà pas mal !

Nous sommes accueillis à l’entrée du centre commercial par Christelle, jeune femme passionnée et passionnante de l’association Alisée (Association Ligérienne de Sensibilisation à l’Energie et l’Environnement) qui est là pour nous en faire la visite.

Le projet :

Elle nous parle tout d’abord de la genèse du projet et de l’état de l’énergie à l’échelle mondiale.
Nantes Métropole avait dans ses cartons un projet de création d’une centrale photovoltaïque dans le cadre de son PCET (Plan Climat Energie Territorial) et a profité de la demande d’extension de parking par le centre commercial Beaulieu. Accord conclu, la mise en service de cette unité de production d’électricité renouvelable a eu lieu en 2009.

Alors cette centrale, combien elle produit ?

Nous étudions le panneau à l’entrée du centre commercial qui indique la production électrique. Malgré le temps nuageux, la lumière permet quand même une petite production de 1200 W en instantané.

Après cette introduction, nous montons au dernier étage du parking. Mais… il n’y a rien à voir ? En fait si, mais il faut lever les yeux pour découvrir une impressionnante série de panneaux au-dessus de nos têtes. En tout 890 modules photovoltaïques, la taille d’une piscine olympique (Rien que ça !).

Nous montons encore un étage sur une petite plateforme permettant une vue sur toute la centrale.
Christelle nous explique que pour installer ces panneaux, il y a des critères à ne pas oublier : penser au masque solaire, à l’orientation (sud de préférence), mais aussi à l’inclinaison du panneau. Les panneaux sont constitués de cellules photovoltaïques, composés de silicium (sable). N’en déplaise aux détracteurs, ces panneaux sont aujourd’hui très bien recyclés. Il est rassurant de savoir que de nos jours on n’installe plus de grande centrale sans penser à son démantèlement.
Grâce à la lumière qui touche les cellules, un courant continu est créé qui transite par la suite dans un onduleur qui le transforme en courant alternatif. Et voilà, de l’électricité prête à être utilisée dans nos logements.

JPEG - 879.4 ko

Bon et les rendements dans tout ça ? Ils sont chouettes, ces panneaux, mais ils produisent combien ?
200 000kWh à l’année. Ah ? Euh … et c’est beaucoup ? C’est assez pour couvrir les besoins en électricité de 80 foyers (hors chauffage).

Avant de redescendre, Christelle insiste sur le fait que la production d’énergie renouvelable n’est pas tout, il faut commencer à éviter le gaspillage ! Elle nous parle du scénario Négawatt :

  • Sobriété énergétique. Et oui, la première chose à faire c’est de réduire les consommations à la source ! « L’énergie la moins chère, c’est encore celle que l’on ne consomme pas. »
  • L’efficacité énergétique : Penser à optimiser ses rendements. En gros se poser de bonnes questions le jour où l’on achète son frigo. Quelle taille ? Quelle est son étiquette énergétique ? Avons-nous vraiment besoin d’un frigo américain ? etc.
JPEG - 35.1 ko

En 2ème partie de la visite, nous découvrons l’association Bolivia Inti, située juste en face du centre commercial, mais plus pour très longtemps puisqu’ils déménagent bientôt au Solilab (bâtiment qui va bientôt regrouper les acteurs de l’ESS (Economie solidaire et sociale) sur l’Ile de Nantes). L’association développe la construction de fours solaires en Bolivie, au Chili, au Pérou et dans d’autres pays du « Sud-levant ».
Ici aussi c’est une belle découverte. Nous rencontrons Maëlle et Bernadette qui nous présentent l’association et le fonctionnement des fours. Leur concept : promouvoir des fours solaires dans des pays pauvres en ressources premières mais riche en soleil ! Pour cela, pas d’importation, uniquement de la construction locale avec des matériaux trouvé sur place. Ils proposent ainsi des stages de 4 jours avec un suivi de 4 mois à des familles volontaires.
Leur idée a fait des petits puisque aujourd’hui ils proposent également des cuiseurs à bois économes pour des pays africains.

JPEG - 49 ko

Nous repartons tous avec l’envie de fabriquer notre four solaire et notre cuiseur à bois économe. On pensera à faire un stage de découverte quand reviendront les beaux jours.

Plus d’info ici :

  • Et si vous avez des questions sur la maîtrise de votre énergie, n’hésitez pas à contacter l’association Alisée : Tel : 02 40 89 23 22 Mail : association44 alisee.org