On a visité les coulisses de la Maison Radieuse...

Le long de la promenade sur l’île de Nantes nous l’apercevons, la Maison Radieuse s’élève fièrement dans le paysage urbain de Rezé, depuis maintenant 60 ans. Imaginé par le célèbre architecte Charles Edouard Jeanneret dit « Le Corbusier », ce village vertical est un chef d’œuvre avant-gardiste de style moderne. Le mardi 15 septembre, nous avons eu la chance de visiter les coulisses de ce monument historique, grâce aux explications précieuses de Mr Florian Riffet, médiateur culturel.

Un projet avant-gardiste des années 50

Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, la France avait un besoin urgent de logements et les œuvres de Le Corbusier font figures de symboles de cette reconstruction. Il faut noter, que bien que les plans de ce grand architecte ont servi de base au projet, la Maison Radieuse est surtout le travail du maître d’œuvre André Wogenscky et de l’architecte Iannis Xenatis. Inaugurée en présence de ces deux hommes en juillet 1955, l’immeuble est une commande privée qui a nécessité 100 000 m³ de béton et 18 mois de construction. Elle compte 294 appartements, qui accueillaient à l’origine 1600 habitants. Le Corbusier s’est inspiré de la première Unité d’Habitation qu’il a dessiné en 1952 : La Cité Radieuse à Marseille. Ainsi, nous retrouvons dans cette architecture la signature d’un des fondateurs du modernisme.

C’est notamment un bâtiment d’une grande innovation qui a été conçu en pilotis pour laisser une libre circulation en dessous de l’immeuble. Il n’y a pas de murs porteurs, c’est un plan libre avec une façade libre. Les logements comportent également des grandes baies vitrées avec des fenêtres bandeaux pour laisser rentrer la lumière au maximum. Un parc privé de 6 hectares, qui appartient aux habitants, entoure la Maison Radieuse. Ils disposent aussi d’un terrain de sport.

JPEG - 1.5 Mo

 Le Corbusier a voulu créer un bâtiment en harmonie avec la nature, baigné de soleil 

Un espace de vie très moderne

L’axe principal du travail de Le Corbusier est de créer des villages verticaux. Ainsi, la Maison Radieuse, en plus d’abriter des logements sociaux, compte également une école maternelle sur son toit-terrasse et à l’origine un bureau de poste à l’accueil. Aujourd’hui encore dans le hall, un marché est présent toutes les semaines. Cet ensemble est un modèle d’habitation qui valorise une vie collective et préserve en même temps la vie privée de ses occupants.

JPEG - 1.5 Mo

 La boîte aux lettres est toujours présente au rez-de-chaussé au bout de l’ancien bureau de poste 

Après avoir contemplé l’architecture extérieure du bâtiment, nous avons traversé le hall de la Maison Radieuse pour nous diriger vers les ascenseurs. Objets de curiosité pour l’époque et preuves encore une fois du caractère avant-gardiste de cette construction !
En 1955, la tour de Bretagne et le pont de Cheviré ne sont pas encore construits et la Maison Radieuse est donc le bâtiment le plus haut du paysage urbain qui impose et se voit de loin ! A 52m au dessus du sol se trouve l’école la plus haute de France. Sur ce toit-terrasse a également été conçue une piste d’athlétisme. L’école maternelle est surtout l’œuvre d’Iannis Xenakis, qui a imaginé tout un travail esthétique dans sa conception extérieure.

JPEG - 1.5 Mo

 Une école « musicale », dont les fenêtres sont des notes posées sur une partition qui se déroule sur les 4 façades du bâtiment. 

Appartement 601

Ce sont les habitants eux-même qui ont décidé de renommer leur immeuble : la « Maison Radieuse ». C’est aujourd’hui un mélange de propriétés privées (55%) et de copropriétés avec des logements HLM (45%). Elle comporte 17 étages mais en réalité seulement 6 « rues » sont parcourables. Chaque rue fait 100m de long et dispose de boites aux lettres propres aux logements présents dans ce passage.
Comme nous l’a donc précisé Florian Riffet :

  • « Le postier est obligé de monter dans chaque rue pour distribuer le courrier. »
JPEG - 1.5 Mo

 Les « rues » ont été imaginées sombres pour donner un contraste avec les couleurs vives des appartements. 

Nous sommes allés ensuite visiter l’appartement témoin de la Maison Radieuse : l’appartement 601. Ce logement est un T4, il fait donc 76 m². Comme ce dernier est un appartement avec un chiffre impair, il est « montant » au niveau de ses compartiments d’habitation.

Certains appartements ont ainsi une exposition qui donne à la fois sur l’ouest et l’est, car ils sont positionnés tout le long de l’immeuble. Comme le souhaitait Le Corbusier, ils sont ainsi traversés par la lumière du soleil. L’espace est aménagé suivant le principe du « modulor ». Le modèle anatomique d’un personnage qui est sensé s’adapter de manière la plus générale au corps humain. Par exemple : la hauteur du bras levé du modulor représente la hauteur du plafond, 2m26.

Dans les années 50, nous ne sommes pas dans la recherche de volume ni d’espace. Il n’y a pas de TV et donc pas d’espace salon. La cuisine est assez innovante pour l’époque, puisqu’elle dispose d’un passe plat et d’un comptoir comme une cuisine américaine. Les logements disposent aussi d’un chauffage au sol, un luxe pour l’époque ! Les appartements sont également insonorisés grâce à l’utilisation d’un béton cellulaire (aéré) qui forme un très bon isolant et à un double vitrage, 30 ans en avance sur son temps !

Ce bâtiment coûte donc plus cher de par ses composants et les logements sont donc volontairement plus petits au niveau des dimensions. Un T6 fait 100m². Les baies vitrées servent notamment à donner de la profondeur aux pièces et à permettre aux habitants de leur donner une vue extérieure sur la nature environnante. Le Corbusier s’inspire d’un bateau pour dessiner ces lieux d’habitation.

JPEG - 1.5 Mo

 Un escalier familial : une rampe pour adultes à gauche, une rampe pour enfants à droite et des interstices au milieu des marches pour les bébés. 

En haut de l’escalier, se trouve la chambre des parents, adjacente à la salle de bain, disposant d’une douche à l’italienne, très moderne pour l’époque ! C’était également un grand luxe de disposer d’une salle d’eau et de toilettes, car nous sommes seulement aux prémices de l’hygiène privée. Il y a également dans ce T4 deux chambres enfants avec une paroi coulissante entre les deux pièces.

Auparavant les locataires à la Maison Radieuse réalisaient des versements tous les mois pendant 45 ans pour devenir à la fin propriétaires de leur logement. Cependant en 1971, la loi Chalandon interdit la location coopérative et la Maison Radieuse est aujourd’hui constituée de propriétaire privés et de copropriétaires en location HLM.

En résumé, nous avons eu la chance de visiter un lieu unique, chef d’œuvre d’un des plus grand architecte du XXème siècle, qui a su rester un immeuble à caractère social. En effet, c’est la seule des 5 Unités d’Habitations à avoir garder des logements pour les classes populaires et à permettre ce mélange de population dans un monument historique !

Fanny, coordinatrice des Visites des Coulisses