On a visité les coulisses des archives de la ville de Nantes...

Le lundi 14 décembre 2015, nous sommes partis découvrir les archives de la ville de Nantes. Nous avons été accueillis par Delphine Gillardin, médiatrice culturelle et responsable du service éducatif et de l’action culturelle. Elle nous a tout d’abord expliqué que les archives de Nantes sont une collection publique ouverte à tous.

Présentation des fonds

Dans un premier temps, elle nous a emmenés découvrir la salle de conservation n°1. En tout ce sont 3,5 km d’archives qui sont conservés dans le bâtiment, 1 rue d’Enfer à Nantes. Ils ont notamment des registres de presse depuis la fin du XVIIIème siècle qui permettent d’illustrer l’histoire nantaise.

JPEG - 112.3 ko

 « - Il y a des conditions de conservation ? », demande un participant.
« - Il faut maintenir une hygrométrie de 50 % et une température ambiante. » 

Les boites noires qui contiennent les archives sont résistantes à l’humidité et au feu. Les archives avec des pastilles rouges ne peuvent pas être emmenées en salle de lecture, car elle ont besoin d’être restaurées. Les documents très consultés sont notamment des plans et des permis de construction.

 « - Est-ce qu’il y a des archives « secrètes » qui ne sont pas consultables ? », questionne un participant.
« - Le délai pour consulter des documents varie mais ce sont surtout les états civils qui sont protégés. Il faut attendre 75 ans pour pouvoir les consulter. » 

 « - Est-ce qu’on peut faire des photocopies de documents ? », s’interroge un participant.
« - Oui, ainsi que des photos tant que le flash est enlevé. » 

Des documents uniques

Delphine nous a ensuite montré un document de 1498 portant la signature et le sceau d’Anne de Bretagne. Cet acte s’engage à donner pendant 10 ans de l’argent à la ville de Nantes pour réparer les fortification endommagées pendant la guerre entre le duché de Bretagne et le royaume de France.

JPEG - 1.5 Mo

C’est un registre datant de 1554, que nous avons ensuite eu la chance de découvrir. Mr Julien Poullain, trésorier payeur de la ville de Nantes, a réalisé cette comptabilité. On peut voir notamment qu’il compte en chiffres romains à cette époque.

JPEG - 1.5 Mo

Delphine nous a permis d’admirer également une décision royale du XVIIIème siècle. Cette lettre patente comporte un sceau, cerclé actuellement dans du métal pour garantir sa conservation. Des lacs de soie sont visibles et toujours prises dans la cire pour garantir l’authenticité de la signature. Cet acte autorise Nantes à user des armoiries que nous connaissons aujourd’hui.

JPEG - 105.3 ko

 « - Les encres se sont bien conservées. », remarque un participant.
« - En effet, les encres végétales utilisées à l’époque résistent très bien au temps, contrairement à certaines encres synthétiques utilisées dans les années 1980 qui s’effacent très rapidement. » 

Nous avons aussi pu observer l’acte de naissance de Jules Gabriel Verne, né le 8 février 1828.

Des sources iconographiques

JPEG - 97.1 ko

Delphine nous a ensuite emmenés découvrir la salle n°3, qui conserve des documents iconographiques, tels que : les travaux de construction des serres du jardin des plantes de Nantes. Nous avons pu aussi admirer des épreuves de cartes à jouer. Nantes était en effet l’un des grands centres du pays concernant la fabrication des cartes et la fabrique des maîtres cartiers était très importante.

Puis dans la salle n°5, nous avons pu observer des affiches, dont une de 1915, qui sollicite l’effort de guerre de la population française.

Delphine nous explique aussi que les archives de Nantes font ponctuellement des appels à collecte auprès de la population nantaise. Le dernier en date concernait un travail réalisé sur le centenaire de la guerre 14-18. Un traitement de fonds, concernant les rapports d’activités rédigés par les directeurs et les directrices d’école pendant la guerre, a été réalisé et a amené à la construction d’une exposition.

Lors de cette visite, nous avons pu découvrir tous les enjeux de la conservation d’archives et admirer des sources uniques riches d’explications historiques !

Fanny, coordinatrice des Visites des Coulisses