Propositions de l’Atelier des Initiatives et de son réseau pour les Municipales nantaises 2014

L’association l’Atelier des Initiatives est impliquée dans la vie ligérienne et particulièrement nantaise depuis près de 10 ans. L’Atelier des Initiatives accompagne les projets de jeunes et soutien les pratiques culturelles des jeunes. Dans une logique d’éducation populaire, l’association considère ces différentes démarches comme des leviers d’émancipation et de transformation sociale.

Aujourd’hui, elle accompagne et soutient annuellement plus d’une centaine de projets et porte un réseau de plus d’une soixantaine d’associations de jeunes.

A l’approche des élections municipales, convaincus de la nécessité de développer des politiques publiques ambitieuses tant sur les domaines de la vie associative, des jeunesses et de la culture, l’Atelier des Initiatives et son réseau associatif ont souhaité contribuer au débat avec les propositions qui suivent :

POUR UNE MEILLEURE COHÉRENCE ENTRE LES ACTEURS "JEUNESSE"

  • Créer des espaces de concertation et de coordination entre les acteurs et les structures "jeunesse", têtes de réseau, à l’échelle de la Ville et de la métropole.
  • Définir des critères de financements et des démarches de demande de subventions mieux adaptés à la diversité des associations.
  • Impliquer les acteurs associatifs à la définition des critères de financement.
  • Prioriser la logique de soutien au projet associatif plutôt que de développer la logique d’appel d’offres.

POUR UNE PLUS GRANDE PRISE EN COMPTE DES JEUNES, DE LEUR DIVERSITÉ, DE LEURS PROBLÉMATIQUES

  • Redéfinir la tranche d’âge concernée par les politiques spécifiques jeunesse à 16-30 ans pour être plus en phase avec les réalités des jeunes.
  • Sortir de l’appel à projets pour financer les projets de jeunes pour éviter une logique de mise en concurrence systématique.
  • Veiller à un meilleur équilibre dans le soutien aux associations : ne pas soutenir l’émergence et l’innovation au détriment de la pérennisation des projets.
  • Construire une réelle politique jeunesse à l’échelle de la métropole.
  • Doter les instances de consultation des jeunes d’un pouvoir décisionnel et d’un budget.

POUR LE DÉCLOISONNEMENT ET L’OUVERTURE DES PROJETS DE JEUNES ENTRE EUX

  • Imaginer des lieux et événements favorisant la rencontre entre tous les jeunes de la métropole quels que soient leurs statuts.
  • Travailler à l’ouverture du campus universitaire sur l’ensemble de la ville mais aussi au décloisonnement des étudiants au campus (refonte des critères du FSDIE, interroger le fonctionnement du pôle étudiant...).
  • Développer les dynamiques interculturelles en soutenant les projets de rencontres entre jeunes que ce soit au niveau local ou international.

POUR VALORISER LA PRATIQUE AMATEUR, POUR DÉVELOPPER LES PRATIQUES CULTURELLES

  • Faire évoluer l’offre « Carte Blanche » pour soutenir, aux côtés des pratiques de consommation (sorties, événements...), les pratiques de création (artisanat, ateliers, cours, ...).
  • Soutenir la création d’espaces associatifs ouverts à la pratique amateur qui permettent la diversité culturelle et la diversité des pratiques.
  • Créer des espaces de résidences « libres » favorisant l’émergence, l’expérimentation et les croisements entre amateurs et professionnels. Lieux neutres et gratuits avec des espaces pépinières. Réinvestir les lieux moins utilisés.
  • Soutenir des artistes et des acteurs culturels locaux (amateurs et professionnels) dans les événements culturels portés par la Ville de Nantes.
  • Faciliter l’ouverture des lieux culturels le soir pour permettre une nouvelle fréquentation.

POUR MIEUX RÉPONDRE A LA PROBLÉMATIQUE DES LOCAUX ASSOCIATIFS

  • Penser, au-delà des espaces de travail, à la création de solutions de stockage de matériel pour les associations.
  • Repenser le système d’utilisation des locaux associatifs municipaux afin qu’il soit plus flexible et plus lisible.
  • Favoriser la mutualisation des lieux, des bureaux, du matériel pour mieux répondre aux besoins de tous.

POUR FAVORISER L’UTILISATION DE L’ESPACE PUBLIC PAR LA POPULATION ET PARTICULIÈREMENT PAR LES JEUNES

  • Réfléchir les espaces publics comme des lieux de rencontres et de vie plutôt que comme des espaces de consommation. Faciliter par exemple pour cela, la mise en place d’événements associatifs et culturels sur l’espace public.
  • Sortir des politiques d’interdiction et développer les projets de médiation et de prévention active en lien avec les acteurs associatifs.

Propositions portées par l’Atelier des Initiatives et des associations de son réseau :

Cie La Rage Qui Rit, Collectif Fil, Collectif Mit, DIPP, Étrange Miroir, Expressions Nomades, Ghetto Art, KOUAKILARIV’, Laisse Tes Balles, La Locomotive, La Nizanerie, Le Monde des Barons Perchés, Les Am’arts etc., Les chemins de faire, Les Cousettes de Nantes, Les Cré’Alters, Le Théâtre dans la Forêt, Théâtre de Pangée, Vide Cocagne, Zebulon Productions…