Retour vers le (F)utile et son café-débat !

C’est dans la salle intimiste du Pannonica que l’Atelier des Initiatives a choisi de créer le débat autour du thème « La Culture pour tous : utopie ou réalité ? ». L’occasion d’aborder avec les acteurs de la vie culturelle nantaise la place de la culture dans notre société - entre démocratisation et excellence culturelle - et d’échanger autour des inégalités culturelles qui touchent notre pays.

Usagers, passeurs, acteurs... A vous la parole !

Ont répondu à l’appel ce mercredi 18 novembre :

  • Julien Jumeau, chargé de l’action culturelle du Pannonica
  • Guillaume Lecomte, président de Nantes Jazz Action
  • Pierrick Vially, chargé de l’action culturelle au sein de Pick Up
  • Manon Pasquier, coordinatrice de P’tit Spectateur et Cie
  • Raphaëlle Pilorge, chargée de l’action culturelle à Trempolino
  • Anthony Pouliquen, éducateur populaire
  • Des artistes, des étudiants, des militants, ou simplement des curieux... s’installent autour des table. Autant de participants que d’expériences et de visions différentes !
JPEG - 233.7 ko

Entre utopie et réalité, il y a un monde !

L’éducation populaire & la culture comme garde-fous ?

Suite aux événements tragiques du 13 novembre, l’Atelier des initiatives a souhaité ré-affirmer les valeurs de l’éducation populaire qu’elle défend : l’émancipation, la coopération, la solidarité et la justice sociale.

La culture, c’est quoi pour vous ?

Avant de s’interroger sur la place de la culture, il est nécessaire de préciser ensemble ce dont il s’agit. Car on utilise à tort, lors de rencontres professionnelles ou dans notre quotidien, des termes comme « démocratisation, médiation, publics éloignés » sans prendre le temps de s’interroger sur leur sens.
Existe t-il une définition ou plusieurs ? Culture & art sont-ils synonymes ? Quelle distinction entre culture et socio-culturel ?
Pour certains, la culture est perçue comme un « ensemble de stratégies que mobilise des individus pour lutter contre la domination » (par exemple : la culture ouvrière, le féminisme...). Pour d’autres, « la culture, c’est ce qui infuse en chacun de nous »...

JPEG - 305.4 ko

Quelle place lui accorder dans notre société ?

De toutes ces définitions ressort la notion d’individu et de collectif. Il est donc pertinent de se demander si la culture est le socle d’une société ou bien son reflet ? Quelles interactions celle-ci permet-elle avec l’autre et avec l’environnement qui nous entoure ?
Les visions se croisent et les questionnements fusent. S’agit-il d’un mode de vie garant du vivre-ensemble et des ses valeurs (comme le partage, l’ouverture, la solidarité) ? D’un instrument politique pour déjouer l’opinion publique ? Ou bien d’un tremplin pour s’affranchir des codes ?

Quel rôle joue l’action culturelle ?

Contrairement à la vision proposée par Malraux, comprendre une œuvre d’art, une pièce de théâtre ou un opéra ne va pas toujours de soi. Dans la salle, plusieurs participants s’investissent ponctuellement ou au quotidien, bénévolement ou en tant que professionnel, dans le développement d’actions culturelles. Sur quoi reposent ces projets ? Qui se cache derrière la fonction de chargé(e) d’action culturelle ? Que l’on vienne du sport, de l’éducation populaire ou de la culture, il n’existe pas de parcours type. Mais tous répondent à l’unanimité que les valeurs sont le fondement de toutes actions, celles-ci visent l’émancipation individuelle et collective et s’appuient notamment sur la curiosité, le croisement et le mouvement.

JPEG - 211.6 ko

Pourquoi les inégalités culturelles persistent-elles ?

Tout d’abord, d’où viennent-elles ? A plusieurs reprises, l’idée qu’il existe plusieurs cultures émerge et que celles-ci sont hiérarchisées : la culture populaire contre l’élitisme, celle institutionnelle contre la culture alternative... Une affaire de classe, de territoire ou bien de relativisme ? Si on s’autorisait à être curieux, serions-nous plus cultivés ?
Plusieurs dispositifs ont déjà été expérimentés ou sont en cours. A ce titre, des passerelles se créent à travers la médiation culturelle, l’éducation à l’image, les outils numériques... Certains acteurs cherchent à déplacer les pratiques culturelles dans le milieu rural. La majorité des musées et des lieux culturels proposent une politique tarifaire solidaire ou des ouvertures gratuites. Mais quels impacts – quantitatif et de l’ordre du sensible - ont-ils réellement sur le territoire ? Comment identifier les cultures de ces territoires pour mieux les valoriser ?

En conclusion...

Difficile en 1h30 d’être exhaustif, à vrai dire, ce n’était pas l’objectif que nous nous étions fixé. Car, rappelons-le, les soirées Retour vers le (F)utile ont pour but d’interroger et de créer un échange autour de thématiques sociétales. Le prochain rendez-vous vous sera bientôt dévoilé, restez connectés !

JPEG - 225.6 ko
JPEG - 65.9 ko