2 loustics à la Bouche d’air

L’autre soir Dimoné et Nicolas Jules étaient à l’affiche de la Salle Paul Fort. Je ne les connaissais ni l’un ni l’autre, mais c’est le genre de chansons à texte que j’apprécie particulièrement. C’est donc avec assurance que je me suis installée dans les confortables fauteuils de la salle.

C’était sans compter sur l’arrivée de Dimoné, qui, avec ses faux air de rockeur à la Johnny Hallyday, m’inquiéta un peu.
Qu’est ce que c’est que ce mec avec sa moustache soignée et sa chainette en or ?
C’est sans doute du second degré, mais tout de même j’avais un doute…
En fait, le chanteur se révèle être un vrai bout en train. J’ai presque l’impression d’être à un One-man-show, avec en bonus des chansons langoureuses.

Après un petit entracte, c’est au tour de Nicolas Jules de sévir sur scène. Avec son look de dandy nonchalant et sa chevelure de lion (un mec avec des cheveux comme ça, on ne passe pas à coté !), je me demande ce qui nous attend.

JPEG - 18.1 ko

Il commence en annonçant dès le début : qu’il est « passablement ravi d’être ici. » (charmant !). Il a l’humour grinçant. En effet, ici encore, le chanteur se révèle être un homme plein d’humour, avec, cette fois ci, une bonne touche de poésie, ce qui n’est pas pour me déplaire.

Ils sont trois sur scène, trois bien plantés dans leur rôle. Petite présentation : à sa droite Rolland Bourbon, à la batterie, qui « du fait de sa carrure semble brutal et violent », mais en fait ne l’est pas et pour preuve Nicolas Jules nous propose de toucher son pelage (poil du torse, puisque ce dernier est torse nu) « qui est doux ». Le « gorille » va finalement arracher lui même sa pilosité en guise de salut lors de nos applaudissements.
A sa gauche, un violoncelliste : Clément Petit, « un prénom qui ne lui va pas du tout, car lui aussi à l’air d’une brute » et toujours selon Nicolas Jules, cette fois ci, « c’en est une ! ».
En fait, Nicolas Jules, c’est un vrai poète-romantique qui fait semblant de ne pas l’être.

Bref, entre sketch et poésie, ces deux loustics m’ont fait passer une très bonne soirée.

Gaëlle C.