30 ans de cirque dans la tradition française

Tout le mois d’avril, le Cirque Plume a posé ses bagages et son chapiteau sur la Place du Pays de Retz à Rezé. Un mois pour fêter ses trente ans, il n’en fallait pas moins. La troupe signe ici un nouveau spectacle créé pour l’occasion "Tempus Fugit : Une ballade sur le chemin perdu".

Quoi de mieux pour fêter ses 30 ans que d’évoquer à sa façon le temps qui passe ? C’est ce qu’a fait le Cirque Plume tout le mois d’avril à Rezé. Pour sa trentaine, la célèbre compagnie a mis les petits plats dans les grands avec sa nouvelle création pour l’occasion : « Tempus Fugit ? Une ballade sur le chemin perdu »

Dans le respect du cirque traditionnel français, on retrouve le chapiteau, l’enchainement des numéros (trapèze, équilibre, jonglage, etc), le Monsieur Loyal modernisé qui est davantage un conteur de l’histoire du Cirque Plume et l’ambiance conviviale qui y règne.
Cependant, si le Cirque Plume est toujours au top après 30 ans, c’est qu’il a su évoluer, innover au fil du temps. Aussi, le spectacle est modernisé, la musique se fait en live, le décor est très travaillé et impressionnant, le théâtre tient une place importante tout le long.

Ils sont treize artistes sur scène, six circassiens et sept musiciens... Ou l’inverse... Ou les deux... Les artistes de cirque jouent tous d’un instrument, les musiciens partent en accrocaties , quels talents ! Même les techniciens interviennent !

L’humour tient aussi une place essentielle dans le spectacle. L’ambiance du cirque, c’est aussi rassembler petits et grands dans les émotions. On a peur pour les équilibristes, on est ému par la grâce et on rit, beaucoup. On rit parce que le clown est drôle et parce que le petit garçon sur le gradin de gauche ne se remet pas d’une chute de chaise.

Tout le monde s’émerveille par cet univers magique et léger (plutôt bien joué pour le Cirque Plume) qui fait rêver depuis 30 ans et n’a pas fini de surprendre.

Chloé Miot