50 nuances de pluie

Dis te rappelles-tu ?
Lorsque l’on dansait encore en septembre ?

Oh oui, c’était la douce époque des vestes en jean sur les bords des guinguettes.
Puis l’automne a surgit armé de ses feuilles mortes et sa bruine. Nous voilà tous en doudounes sans manche avec des mouchoirs plein les poches. Certains sans servent pour renifler, d’autres pour sécher leurs larmes … Sale temps pour les ruptures !

Et qu’est-ce qui est pire que de vivre un chagrin d’amour ? Vivre un chagrin d’amour sous le crachin damné de novembre !
Il ne reste plus qu’à pleurer et aller s’abriter sous un parapluie, un bar à thé ou au théâtre de Poche (place Graslin).

Pendant que tombe l’averse, des comédiens vivent eux aussi des peines d’amour. Comme par exemple, Franck, un quadragénaire qui noie son désespoir en robe de chambre. Mais Franck va vivre des mésaventures dignes des plus braves comédies romantiques. Et en même temps, ça s’appelle Surprise : Partie !

Sur les planches du petit salon à huis-clos, Franck et ses acolytes s’amusent de la tristesse, de la trahison et de la séduction. Ils improvisent le quotidien et vont de l’avant. Un message universel pour tous les cœurs brisés.

Et puis durant une-heure-et-quart, on oublie qu’à l’extérieur les trottoirs sont glissants ...

Camille Heebie, en dépression météorologique