A faire danser les morts

David Wahl nous invite à sa Causerie : histoire spirituelle de la danse. Vu le 15 novembre 2016 à Onyx (joué à nouveau le 25 novembre).

L’arrivée se fera dans la pénombre. Un espace transitoire au sous-sol d’Onyx est aménagé avec quelques fauteuils, chaises et petites tables rondes. Et beaucoup de bougies, pour une ambiance intimiste. Lorsque l’on s’installe, le silence se fait naturellement.

Je m’imagine assister à de futures confidences. Quelles seront les révélations que cette conférence théâtrale, causerie nous dit l’intitulé, nous délivrera ? Sur la danse, comment l’Eglise s’en empare, la censure, la vénère ou la diabolise. Cette fascination pour le corps en mouvement trouve écho dans la mise en scène, qui nous garde captivé par des histoires savantes, où le démon s’invite souvent dans la danse. Sans parler des danses macabres ou autres rondes de sorcière.

JPEG - 20.6 ko

Le comédien-auteur, aidé de quelques feuillets, garde souvent un sourire malicieux. Laissant résonner certaines fables pour exciter notre curiosité ou suggérer un dénouement plus morbide. Et sur la table, un crâne, toujours utile lorsqu’il s’agit de parler métaphysique.

Riche d’idées et bien mené, cet exposé m’a tenu en haleine, alternant idées philosophiques, anecdotes historiques et récits imaginaires. Jusqu’à prendre peur d’une valse sensuelle ou de croiser la danse de Saint Guy. Il parait que de nouvelles causeries sont en cours d’écriture, tant mieux, car on reprendrait bien un autre chapitre.

David Piz