Anne Pacéo à ONYX, ça déboîte dans la boîte !

Anne Pacéo, jeune batteuse talentueuse, nous fait l’honneur du 70e concert de son 4e opus "Circles" à ONYX. Elle nous emmène loin, loin, loin...

Anne Pacéo présente son 4e opus « The Circles »

Mardi soir, je m’arrache à mon travail pour un concert de jazz à ONYX. Je suis contente car c’est la première fois que je viens voir un spectacle dans cette boîte noire, qui m’a souvent intriguée par son opacité et la simplicité de sa forme au milieu de la grande zone commerciale Atlantis.

Ce soir, la vedette c’est Anne Pacéo, un petit bout de femme au CV brillant, qui joue de la batterie comme elle respire. Elle présente "Circles", son 4e opus. C’est elle qui signe les compositions et donne le tempo aux trois acolytes qui l’accompagnent, tout autant bourrés de talents : Leïla Martial à la voix et aux effets, Tony Paeleman au clavier, Christophe Panzani aux cuivres.

Présentations faites, c’est parti !

On part en voyage. C’est tour à tour rythmé, planant, contemplatif, explosif. On change plusieurs fois d’émotion dans ces morceaux qui dépassent de loin les formats standards. C’est un langage inventif qui va droit au cœur, avec des sonorités lointaines, des rythmes africains, des saccades hip hop, des vocales birmanes, des accents de l’est, des mélodies qui nous raccompagnent…
Du jazz oui mais une session très structurée avec quelques solos plus free-jazz que la lumière vient isoler et qui nous permettent d’apprécier distinctement le jeu de chacun. Je reste branchée sur la partition de Leïla Martial, qui navigue entre la pureté de sa voix de tête et le timbre de sa voix de corps... J’aimerais apprendre à chanter comme ça.

Je crois qu’on est tous d’accord dans cette salle où les rappels se multiplient, Anne Pacéo, ça déboîte !

Marion.