Autant en emporte le mouvement

L’art du mouvement.

L’art de la fugue : L’Onyx l’annonce comme un spectacle de cirque. C’est souvent le cas quand le metteur en scène et/ou le comédien vient du monde du cirque, cependant ce n’est pas si simple.

L’ouverture des frontières

Yoann Bourgeois, le metteur en scène et comédien du spectacle, a effectivement été formé au Centre National des Arts du Cirque mais il a également dansé pour Maguy Marin. Son spectacle L’Art de la fugue est hybride, situé entre différents genres. Une nouvelle catégorie est née sous l’impulsion de Guy Darmet, directeur de la Biennale de la danse et de la Maison de la danse de Lyon : l’Art du mouvement. Tout simplement.

JPEG - 57.7 ko

Un spectacle magique

Magique est à prendre au premier degré, c’est bien à des tours de passe-passe auxquels le public assiste. Certes les deux comédiens dansent, effectuent des gestes simples auxquels leur virtuosité corporelle apporte une beauté chorégraphiée, travaillée au millimètre près, mais ce n’est pas tout.
Ce spectacle est surprenant et sort du lot par une transdisciplinarité rarement vue en cirque contemporain. Le circassien et la danseuse qui jouent dans ce spectacle ne sont pas définissables en tant que circassien et danseuse justement, ils vont chercher plus loin, ils transcendent les genres, les domaines, les techniques. Nous assistons à un spectacle hybride entre cirque, danse, magie et mime burlesque. Le plus simple est bel et bien d’utiliser le terme d’art du mouvement. Un terme qui peut paraître un peu facile mais qui donne aux artistes une toute nouvelle liberté artistique et qui permet aux spectateurs d’être à nouveau émerveillés et stupéfaits.

Tant de choses à dire

Tout est intéressant dans ce spectacle, chaque détail est remarquable, je pourrais dire encore plein de choses sur ce spectacle qui est d’une apparente simplicité. Mais je dirai juste que ce spectacle est tout simplement sublime, l’interprétation du spectateur est libre, il n’y a rien à comprendre, tout est dans le ressenti, l’émotion, dans l’envie de prendre le temps de se laisser porter.

Noémie