Aux sonorités d’ailleurs : deux concerts pour un voyage

A la Barakason, ce 12 octobre 2018, une combinaison artistique est venue de Belgique et d’Afrique du Sud pour nous faire courir le monde. La République démocratique du Congo n’est pas loin non plus. Et c’est là que nous emmène Témé Tan dans une 1ère partie iridescente.

A dire vrai, c’est bien la raison de ma présence.
Il y a des artistes comme ça, que vous découvrez un jour à la radio -Merci FIP- et qui ne vous lâche plus. La belle rencontre, celle qui vous titille l’oreille une fois et qui vous fait du bien à chaque fois. Un morceau suffit, celui que vous avez envie de partager avec tous vos amis. Mais en fait, vous sentez bien qu’il ne comprenne pas sa juste valeur, celle qui rayonne à l’intérieur de vous lorsque vous l’entendez. Peu importe, il a fallu attendre… -2 ou 3 ans ?- pour découvrir un album et puis ce soir, la scène !

Consoles de sons électroniques et micro accompagne le musicien qui ne fait pas que chanter, mais qui joue avec sa voix, tous les instruments que contiennent ses petites boites à rythmes et le public. Pas besoin de grande acclamation pour faire passer son groove dans la salle.
L’aura de Témé Tan me surprend autant que la voix, les sons et l’univers m’avait séduite auparavant.
Broussaille, plantes carnivores et crocodile, nous parcourons les terres et couleurs.
Un morceau, un ton indigo. Et cetera.

JPEG - 169.5 ko

Vient BCUC, pour Bantu Continua Uhuru Consciousness (?)
Dès le premier morceau, il fait chaud, le chanteur donne tout, les torses déjà nus apprivoisent le public. Voilà comme ça s’annonce.
C’est quoi cette musique ?
De l’Africangungungu naturellement : un nom et un style qu’ils ont inventés de toute pièce. Ca pulse. Sur scène, une basse, deux grosses caisses, des congas, cloches et sifflets, et la voix éraillée d’un chanteur accompagnée des choeurs pour adoucir les moeurs. Sept artistes s’accordent dans cette frénésie musicale qui fait décoller les corps. Une énergie qui fait valser les ambiances et qui rend le genre incomparable.

CF.