Billy !

Quintet jazz.
Compositions de Rémi Dumoulin (clarinettes & saxophone)
et Bruno Ruder (piano)
avec Guido Zorn (contrebasse),
Aymeric Avice (trompette)
et Billy Hart (batterie).

C’est rarissime. Billy Hart ! Wahou !
Je m’explique, Billy Hart est né le 29 novembre 1940, il a donc presque deux fois l’âge des autres musiciens du quintet en tournée pour seulement six dates en France ; et il a joué entre autres (oh combien !) avec Miles Davis, Jimmy Smith, Buster Williams, Otis Redding, Stan Getz, Herbie Hancock... Voilà, William "Billy" Hart se place parmi les légendes vivantes du jazz.

Le projet éponyme présenté au Pannonica est au fond une proposition de Bruno Ruder et Rémi Dumoulin qui ont composé pour la batterie, pour Billy. Mais les cinq musiciens du groupe font partie de la crème de la crème du jazz contemporain et on pourrait parler un moment de leur multiples groupes aux influences variées mais ce serait s’éloigner du sujet.

Les compositions de Billy ! ont un objectif atypique, il ne s’agit pas d’exprimer l’univers musical de quelques-uns mais de proposer une trame au partage et à l’expression la plus libre possible de tous. Ainsi Bruno Ruder commence, propose au piano une phrase, une couleur de fond aux teintes terre de sienne, ocres orangés tandis que le saxophone nous fait voyager, dans la langueur d’une cabine de train traversant l’Est européen... la trompette nous surprend alors, nous réveil et nous dérape, le son déborde d’énergie, perturbe l’ensemble pour en tester les capacités de rebondissement, sax et trompette dialoguent, plaisantent s’échangent piques et accolades fraternelles pour que Billy Hart puisse explorer toutes les sonorités de la batterie. Puissance et délicatesse, on ne se lasse pas d’être surpris par la gamme des possible de cet instrument rarement mis en avant. Finalement c’est souvent Guido Zorn qui cadre les compositions, en ce sens débridé qu’il incarne la stabilité des mouvements. La qualité d’écoute du contrebassiste est exceptionnelle et radicale, rien ne lui échappe. Si bien qu’on savoure ses moments où l’atmosphère se détend, pour que la contrebasse est aussi ses moments de gloire, mais voilà Billy qui le titille, un jeu semble s’installer dans la section rythmique et bientôt Aymeric s’en mêle, c’est une déferlante de pistons qui fait l’effet d’une vague, Yes !
Les musiciens s’éclatent et on s’en amuse.

Les compositions que nous avons entendu étaient variées, les univers déployés nous ont séduit : les titres des morceaux de jazz ont cela d’amusant qu’ils peuvent être complètement décalés, une poésie à l’humour entendu où l’on devine que se cache une anecdote de création. Bref, l’album était disponible en avant-première (sortie prévu pour février 2018), je l’ai donc offert à mon fils qui m’accompagnait. C’était le 6 décembre au Pannonica.

A+

H.

JPEG - 36.1 ko
Bruno Ruder, Billy Hart, Rémi Dumoulin