Block par la compagnie la Boite à Sel ou un spectacle muet mais sonore

C’est vendredi 11 octobre, au soir, que je me rends au spectacle Block, création de la compagnie La Boîte à Sel et programmé par le projet culturel Ici ou là à Indre. Pour ce spectacle, de nombreuses familles sont venues accompagnées de leurs enfants, parfois très jeunes. Cet aspect familial est renforcé par la proximité qui règne entre les différentes familles du public. Tout le monde semble se connaitre ! Avant d’entrer dans la salle, des membres de la compagnie viennent nous donner quelques consignes pour bien suivre le spectacle et parviennent notamment à obtenir le silence de toute l’assemblé afin d’attirer notre attention sur le thème centrale de ce qui va suivre : les sons qui nous entourent et que nous entendons, parfois même inconsciemment.

Le spectacle commence. La comédienne Céline Garvanault sera durant tout le spectacle seule sur scène. Bien que muette, le spectacle est toutefois sonore puisqu’elle est accompagnée de 62 blocks sonores constitué chacun d’un haut-parleur. Le spectacle s’apparente alors à une suite de scènes où l’ambiance sonore évolue et change. De simples bips sonores au début, les sons évoluent alors vers des bruits urbains où l’actrice met en scène ces blocs pour donner vie à des scènes de courses de moto ou de sauvetage par hélicoptère. D’une cacophonie ambiante à une partition sonore de bruit de chantier, les scènes s’enchaînent sans temps morts.

L’un des points forts de ce spectacle, en dehors des rires qu’il provoque, est l’appel à l’imaginaire qu’il convoque : du mouvement des blocs et de leurs sons, nous nous représentons des scènes dans nos têtes oubliant presque la forme de ces blocs. Le meilleur exemple est les miaulements d’un chat émis par un bloc situé sur un pilonne en hauteur qui nous suffit à « voir » ce chat coincé en haut d’un arbre. Si le spectacle est sonore, la mise en scène n’est pas mise de côté à travers le jeu de la comédienne, très drôle, qui s’apparente à celui du cinéma burlesque, fait de mimiques et de grimaces et où tout son corps est mis à contribution. Le jeu de lumière est également important et renforce l’impact de ces sons, notamment lors d’un survol d’hélicoptères. Enfin, la gestion de la partition sonore, gérée par Thomas Sillard, permet d’emporter les petits et les grands, dans ce spectacle de 45 minutes environ

Le spectacle se finit sous les applaudissements sincères et se conclut par une intervention hilarante du bloc sonore 62. Preuve ultime de la réussite de ce spectacle, les plus jeunes, âgés de quelques années parfois, sont restés captivé sur toute la durée du spectacle !

Pour en savoir plus sur la compagnie La Boîte à Sel : http://cie-laboiteasel.com/compagnie/

Site du projet culturel Ici ou Là : http://www.ici-ou-la.fr/

Jean-Rémy