Cabaret de l’impossible ou l’impossible cabaret

C’est dans le cadre de "culture des autres", un nouveau rendez-vous herblinois qui défend et promeut les différentes langues parlées à Saint-Herblain, que se tenait en soirée le samedi 5 avril, le Cabaret de l’Impossible.

Le cabaret de l’impossible, qu’est-ce que c’est ?

C’est l’histoire d’une rencontre, enfin plutôt de trois rencontres, de trois histoires, de trois personnalités, de trois vies, qui vont se croiser, s’emmêler et s’échanger.
Mais d’abord, commençons par le commencement.
Au départ il y a le réunionnais Sergio Grondin, le québécois François Lavallée et le breton Achille Grimaud. Tous trois sont conteurs et de la même génération.
Il ne manquait que l’occasion pour se rencontrer... et pourquoi pas la francophonie ?
En effet, tous trois partagent la même langue, le même goût des mots et le plaisir de dire et se dire aux autres.
Mais très vite l’idée même de parler de la richesse et de la variété de la francophonie dans un spectacle à trois voix apparaît...impossible !

Quand la matière d’un spectacle devient spectacle

Comment faire un spectacle commun quand on ne se connaît pas, quand on ignore tout de la culture de l’autre et qu’on habite à des milliers de kilomètres les uns des autres ?
Au début, on communique par Internet mais il faut bien se rencontrer ! 3 voyages, 3 séjours, 3 parties d’un spectacle à trois voix.
1ère étape... la Réunion de Sergio Grondin, 2ème étape le Québec de François Lavallée et finalement en 3ème étape la Bretagne d’Achille Grimaud.
Chaque étape sera l’occasion à l’hôte de présenter à ses invités son pays, sa culture, son identité et ceci par le prisme de sa personnalité. Si Sergio Grondin se raconte à travers la musique traditionnelle maloya, François Lavallée et Achille Grimaud nous parlent de leurs expériences nouvelles face à un pays inconnu d’eux... La Réunion.
Tous seront confrontés à chaque étape à leurs a-prioris et autres clichés... et à une certaine idée de l’exotisme.

3 histoires, 3 parcours pour une amitié partagée

Le spectateur assiste à leurs échanges internet-iques plein de questionnements avant de s’envoler avec eux jusqu’au bout du monde... à la rencontre de l’autre !
On est immergé alors dans la façon dont le conteur vit et ressent sa culture, son identité, sa langue qu’il fait partager avec passion à ses deux compères. Mais c’est avant tout un dialogue à trois où chacun échange ses impressions, son ressenti tout en mettant en parallèle son vécu, son histoire, son pays.
C’est cet échange, ce goût de la découverte, de la confrontation qui donne le terreau de ce spectacle qui se construit devant nous. Une mise en abîme où le spectateur est le témoin des interrogations, des fausses routes, des idées embryonnaires et de tous les autres éléments qui participent au processus de création !
Et une fois les distances abolies, les préjugés dépassés... le spectacle est né et la complicité devient amitié... et alors le Cabaret de l’impossible devient possible !

"Le multilinguisme est une force et une chance pour l’humanité. Il incarne notre diversité culturelle, il encourage le brassage des points de vue, le renouvellement des idées, l’élargissement de nos imaginaires." Irina Bokova, UNESCO

De bric et de broc, d’échanges internet à la rencontre de l’autre, des angoisses des uns et de la richesse de l’autre, il est ici question d’échanges, de partages et surtout d’humanité. On assiste à la naissance d’une complicité entre ces trois-là qui deviendra une vraie histoire d’amitié. C’est en "fin de conte"... l’histoire de trois jeunes hommes qui en voulant parler de la langue qui les unit partent à la découverte de l’autre et se découvrent eux-mêmes. En somme... une histoire universelle !

Et ne rater surtout pas ces trois conteurs s’ils passent près de chez vous

Pierre Antoine