Ce printemps, prenons de bonnes résolutions avec l’effet Yoyo !

Quoi de plus énergisant pour commencer le printemps qu’une comédie sur vitaminée, drôle et rafraichissante ? Ce jeudi 26 mars, je me rends à la Compagnie du Café théâtre pour assister à la pièce de théâtre : L’effet Yoyo !

C’est lumière éteinte, pièce plongée dans l’obscurité que nous entendons les premières notes d’une comédie qui va s’avérer revigorante.

Le décor s’ouvre sur Charlotte, responsable d’une agence de pub totalement délaissée par son conjoint. Svelte, blonde, véritable addict du téléphone portable, elle attend la coach miracle, celle qui saura redonner de l’allure à François, son époux grassouillet. En effet, en tant que chef de cabinet au ministère de la santé, pas question de continuer à se laisser aller. Charlotte, la spécialiste des slogans est toujours la pour redorer l’image de son cynique François. L’arrivée de celui-ci sur scène intensifie la dérision ! Son débit fluide et dynamique met en lumière une caricature cocasse. Le public est hilare !

S’en suit l’arrivée tant attendue du coach minceur ! François attend apprêté sur son canapé. Alors que Charlotte part à sa rencontre, il s’imagine une entraineuse sexy qui saura lui faire oublier cette idée déplaisante. Elle, c’est Yolande et avec cette experte de l’alimentation on peut dire « Adieu les kilos en trop ca c’est l’effet yoyo » ! Mais là surprise ! Apparemment, notre coach attitré de Gérard Depardieu n’applique pas sa technique personnellement. En effet, à l’étonnement général, celle-ci est plutôt en sérieux embonpoint ! Imaginez la tête de notre pervers quand ses rêves sont balayés d’un coup par cette créature aux proportions beaucoup moins idylliques. Pourtant, «  François Yolande » aurait tout pour être assortis !

Accordons une petite note supplémentaire à notre personnage mystère : Antoine. Mais qui est ce charmant garçonnet gardé par la maman de Charlotte ? Cet énigmatique chérubin est au centre des préoccupations et des appels de celle-ci. Finalement, nous découvrons avec sourire que cet être personnifié n’est autre qu’un modeste chien !

Entre jeux de mots et ironie, l’humour est constamment de la partie ! Telles des balles de ping pong, les réparties fusent et se retournent tout au long de cette parodie ! Le trio d’acteurs s’accorde à la perfection et nous fait passer un agréable moment. Les rebondissements nous entrainent au cœur d’une véritable intrigue. Car les apparences sont souvent trompeuses et une taupe, aussi volumineuse soit-elle, peut parfois passer inaperçue !

JPEG - 48.8 ko

Alors, parce que j’ai aimé, je vous encourage vivement à aller voir cette pièce écrite et mise en scène par Mathilde Moreau et Erwan Guynot ! N’hésitez pas à découvrir la programmation de la Compagnie du Café-Théâtre qui ne manquera pas de vous divertir !

Pauline