Cécile Corbel, harpiste hors pair

Invitée dans le cadre du festival de culture bretonne et celtique Celtomania j’ai donc assisté au concert de Cécile Corbel et de ses 5 musiciens le 17 octobre dernier à Capellia à la Chapelle-sur-Erdre. (Merci au festival pour le CD découverte à l’entrée)

Cécile Corbel nous annonce clairement son intention en début de soirée : nous permettre de nous reconnecter à notre âme d’enfant…Pari réussi pour ma part !

Pour ce faire elle invoque tout d’abord un port dans nos esprits (pour pouvoir embarquer avec elle) puis nous mène en Bretagne et en Irlande. De là elle fait jaillir dans nos esprits des vertes prairies ou on aimerait s’allonger un moment et nous invite à la rejoindre dans un pub pour un morceau plus dynamique. Elle alterne des morceaux de musique et des passages contés pour nous guider dans son univers.
Ce qui est assez impressionnant et qui m’a fait sourire c’est qu’elle parlait tout en caressant sa harpe avec ses doigts, elle est vraiment connectée à son instrument. Ses musiciens font également corps avec elle, ils s’accordaient très bien avec la harpe. Cécile Corbel passe ensuite à sa période liée à l’animation japonaise avec des morceaux extraits des musiques des films de Hayao Myazaki tels que Arrietty ou Mon ami Totoro. Je la connaissais initialement par ce biais-là mais j’ai aimé découvrir d’autres facettes de cette musicienne pleine de bienveillance. Notamment ses derniers partenariats japonais avec la chorale Anima ou la chanteuse Misaki Isawa. Elle nous a également offert de nombreuses berceuses toutes en douceur dont Toutouig qui m’a bien plu et qui se trouve sur son dernier album, Enfant du vent.

Oui il faut le dire il s’agit d’un concert ou il est préférable d’éteindre son portable, de rester assis, de ralentir son rythme cardiaque et de dodeliner de la tête en rythme avec un sourire un peu niais sur le visage mais qu’est-ce que ça fait du bien !

Alice PORRA