Charlie Chaplin

Au cinématographe du 1er juin au 23 juillet.

J’aime tout particulièrement me rendre au Cinématographe. C’est un lieu chargé d’histoire et la programmation est assez unique dans le paysage culturel nantais. Au travers de ses rétrospectives, de ses films « patrimoine », de son intérêt pour le cinéma de genre et expérimental, l’équipe de ce cinéma nous fait découvrir ou revivre de très bons moments cinématographiques parfois accompagnés par la venue de réalisateurs. Grâce à ces rencontres, le film continue sa vie dans l’espace publique après la projection. Pour la rétrospective sur Charly Chaplin, une conférence avec David Robinson, critique et historien de cinéma, et plusieurs ateliers pour enfants ont ainsi été mis en place. De quoi contenter les petits et les grands...

C’est un bel hommage que rend le Cinématographe à ce célèbre artiste. Parmi l’œuvre très prolifique du cinéaste, le cinéma a réuni 40 films courts et longs-métrages. Pour l’occasion, de nombreux documents sont mis à la disposition du spectateur. Ces derniers nous racontent l’histoire de ses films et nous indiquent les techniques qui permettent de restituer au spectateur de 2014 des films vieux parfois d’une centaine d’années, en très bonne qualité. Aussi j’ai pu lire sur l’un d’eux « la remasterisation a été effectuée à partir des meilleurs éléments existants scannés en 2 K, restaurés et étalonnés. Avant cette numérisation, une grande partie des éléments d’origine ont été l’objet d’une restauration photochimique à la cinémathèque de Bologne qui, depuis toujours travaille minutieusement sur l’œuvre de l’artiste. »

JPEG - 399.2 ko

Quel plaisir de redécouvrir l’œuvre du cinéaste dans une salle obscure. Malgré le temps, ses films déclenche toujours chez moi une multitude d’émotions allant du rire aux larmes en passant parfois par l’indignation. Son œuvre intemporelle et ses différents niveaux de lecture permettent de l’apprécier à tous âges. Je suis particulièrement sensible au burlesque de Chaplin. Ce ton lui permet de porter un regard parfois très critique sur son temps. Enfin, son attachement aux gens du peuple, aux démunis, aux vagabonds confère à son art une dimension humaniste et sociale, véritable témoignage d’une époque.

Roxane