Chronique musicale : Le Chapelier Fou

Jeudi 29 mars 2018, La barakason de Rezé avait pris rendez vous avec le Chapelier Fou.
Excellente idée de la part des programmateurs. Samifati était également de la partie.

Après cinq EP et trois CD, le Chapelier Fou venait présenter son quatrième album : Muance. Un concept qui allie Mutation et Nuance.
Tel est l’esprit de ce multi-instrumentiste, qui mêle avec subtilité, musique classique et électronique.

En première partie Samifati, un violoniste inspiré par les musiques du monde. Sur fond de vidéo hypnotique, sa musique invite au voyage. De l’Orient à l’Asie en passant par l’Afrique, c’est tout naturellement que mon corps se met à bouger sur le son.
Ce breton devenu parisien crée des musiques électroniques, avec des sonorités du monde entier. Son compatriote sur scène, gère la vidéo. Les deux hommes, dans le parfait esprit de la tête d’affiche, ont bien chauffé la salle.

JPEG - 135.7 ko

Vient alors le Chapelier Fou.
Il n’était pas seul. Ils étaient trois. Avec lui, Maxime et un chaton (surnom d’un des musiciens dont on ne connaitra jamais son vrai prénom.)
Le Chapelier Fou et ses deux acolytes étaient bien partis. Pas trop de grands discours, juste assez pour inviter le public à rejoindre leur univers. A peine 20 minutes de concerts qu’un problème technique survient. C’est donc seul que le Chapelier Fou poursuivra le show. Un peu déstabilisé, il reprendra rapidement le contrôle de la soirée.
Des sonorités électroniques savamment accompagnées par son violon, remixées par son ordinateur, le musicien nous emmène en balade. Le jeu de lumière-vidéo épouse parfaitement la musique qui fait parfois pensé à des bruits de jeux vidéos. C’est d’ailleurs à l’aide d’un joystick qu’il compose certains de ses morceaux. La technique a l’air compliquée mais précise. Il jongle avec ses instruments et ses machines. Sans trop chercher à comprendre ce qui se passe, je me suis facilement laissée emporter par la proposition musicale qui m’était donné à entendre.

Son univers est complexe et très précis. Il n’est donc pas toujours évident d’analyser ce type de musique mais c’est un artiste assez unique qui mérite d’être découvert (pour ceux qui ne le connaissent pas).

Marion