Des vannes et du 7e art

De retour à la compagnie du café-théâtre, petite salle intime, les connaisseurs savent qu’ici on ne peut pas échapper à l’interaction avec l’humoriste. Et pour cause c’est encore pour ma pomme cette fois-ci, malheureusement trop bien placée au premier rang, bref…

Au-delà d’un simple one man show la proposition de Nicolas Fabié ne manque pas d’une certaine créativité. À travers le fil conducteur assez classique de la vie de l’humoriste, on plonge dans des pauses spatio-temporelles du 7e art. Des scènes de film se jouent en direct. Un seul acteur devant nous, pourtant plusieurs personnages. De la scène de course poursuite à la maison hantée en passant par un retour vers le futur, tout y passe.

Les fans de cinéma et culture geek seront fan avec ce milk-shake de références.
Chaque scénette est jouée à fond, il y un côté très bricoleur inventif et humour insolent que l’on retrouve beaucoup chez les youtubeurs de nos jours. On ressent cette marque de fabrique composée de mises en scènes simples, de perruques et de bruitages qui font bien leur effet. Au-delà des vannes donc, il présente un univers scénographique avec une bande-son travaillée, et un jeu d’acteur un peu plus poussé qu’un aller-retour avec le spectateur.

La trame manque encore un peu de liant à mon sens, on passe souvent du coq à l’âne entre les sketches d’humour plus attendus et les surprises cinématographiques. Mais la créativité est là, le spectacle propose quelque chose de différent et donne une bouffée d’air frais.

Charlotte D.