Duo pour un violon seul

Au TNT se jouait la célèbre pièce de Tom Kempinski, Duo pour un violon seul, mis en scène par Christophe Lemoulant.

Duo pour un violon seul de Tom Kempinski a connu et connait encore un succès incroyable partout dans le monde. L’année de la première, en 1980, la pièce a reçu le prix de la meilleure pièce par le Prix des critiques de Théâtre de Londres. Durant 35 ans de nombreux metteurs en scène et acteurs ont revisité la pièce. Au TNT c’est Christophe Lemoulant et le Théâtre Cyclope qui la rejouent.

JPEG - 31.2 ko

Tout se déroule dans un cabinet médical au design moderne. Dans cet espace stérile deux vies vont rentrer en collision : celle de Stéphanie Abrahams et celle du Docteur Feldmann. Virtuose du violon, Stéphanie est frappée par la sclérose en plaque. Cette maladie dégénérative remet en cause beaucoup de chose dans sa vie, à commencer par son envie de vivre.

"Mon monde s’était le violon et je ne jouerais plus jamais"

La première fois que la jeune femme entre dans le cabinet elle est souriante et joyeuse. Sa maladie n’est pas un problème. Elle s’adapte, fait les ajustements nécessaires. Elle a des projets, des envies. Elle a envie de vivre. Elle ne vient voir le docteur que pour faire plaisir à son mari, David. Elle, elle se sent bien et n’éprouve pas le besoin de parler à un psychiatre.

La brèche émotionnelle s’ouvre lors du deuxième rendez-vous. Le docteur Feldmann lance le sujet du violon. Comment a-t-elle commencé ? La colère envahie la jeune femme. Pourquoi en parler puisqu’elle est incapable de jouer ? Le docteur vient de toucher un point sensible. Au fil des rendez-vous, Stéphanie plonge dans la dépression. Ses vêtements colorés sont remplacés par des vêtements noirs. Elle ne prend plus soin d’elle. Elle se recroqueville sur son fauteuil. Ses projets n’existent plus. Elle pense au suicide.

Un affrontement pour la vie.

Commence alors un combat pour la vie. Le docteur Feldmann n’exerce que dans ce but : redonner envie de vivre à ses patients. Il affronte la mort. Certains de ses patients se sont déjà suicidés mais il ne veut pas que cela arrive à Stéphanie. Il veut la voir vivre. Il tente de la mettre en colère, pour lui donner des électrochocs. Entre l’humour et la colère Docteur Feldmann fait tout pour que Stéphanie retrouve une raison de vivre. Y arrivera-t-elle ?

La fin de la pièce est assez ouverte. Lors de la dernière scène la virtuose semble sereine et mélancolique. Choisit-elle la vie ou la mort ? Chacun est libre de lire les derniers mots de Stéphanie comme il l’entend. Cet affrontement entre les deux protagonistes, parfois brutal et sec, aura-t-il permis de sauver la vie de Stéphanie ? On n’en sera jamais véritablement sûr.

Clémentine Lavote