Echappée champêtre à Indre

Une soirée cirque et fanfare : BOI & impérial Orphéon à Indre // Ici ou là, samedi 19 mai 2018.

Chaque année, alors que les beaux jours arrivent enfin, certains événements marquent pour moi le vrai début de l’été. Il y a le premier verre en terrasse, la première journée sans manteau, le premier bain à la mer, le premier barbecue, et aussi le premier spectacle en plein air. Ceux qui ont participé à cette soirée cirque et concert de la programmation Ici ou Là à Indre ont résolument mis un pas dans l’été 2018.

Aller à Indre, c’est une petite expédition pour les Nantais qui peut prendre des allures délicieuses de road movie quand on file sur une route -presque- déserte au soleil couchant en rigolant entre amis. Il faut nécessairement y venir en voiture car les bus s’arrêtent tôt et la promenade à vélo semble bien longue. En arrivant à la salle des Trois Îles, je découvre une ambiance chaleureuse et familiale : des gamins qui jouent en se faufilant entre quelques caravanes posées dans l’herbe tendre, des adultes qui partagent un verre sur des tables et des chaises éparpillées, un food truck qui me fait regretter d’avoir déjà mangé, et une jolie billetterie où l’on passe autant de temps à discuter qu’à récupérer son billet.

JPEG - 93.6 ko

Nous nous installons dans les gradins de bois montés dans l’herbe, face à quelques bottes paille empilées qui forment un fond de scène, le soleil dans le dos et la vue sur les champs alentours. Deux hommes arrivent et entament silencieusement une partie de palais breton, et nous réagissons comme si tout ceci n’était pas un spectacle, avec des « oooooh » et des « aaaaaaaah » lancés après chaque qu’un bon coup. Ils sont d’ailleurs assez bons à ce jeu là, et je note pour moi-même de ne jamais défier un jongleur à un jeu d’adresse. Les deux amis ouvrent une bouteille de rouge et partagent le premier d’une longue suite de verres qui rythmeront ce spectacle. L’un des deux hommes attrape son tuba et dialogue avec le second au moyen de la musique, le défiant de sauter au dessus d’une pile de bûches de plus en plus haute. Dans la réalité, l’acrobate et le musicien ne travaillent ensemble que depuis la veille, car Jonas Séraphin du cirque Galapiat invite un nouveau musicien à chaque représentation. Ainsi, même pour cette 100ème représentation, le spectacle reste encore frais comme à une première, nourri de rires, d’imprévus et d’improvisations.

JPEG - 135 ko

Les verres s’enchaînent et les défis acrobatiques sont de plus en plus fous et stupides : l’artiste crée des jeux instables avec des buches, joue avec une hache, escalade des bottes de foins pour se jeter dans un vieux canapé ou fait du trampoline sur la table de bois.

JPEG - 127.3 ko

L’ivresse et son aspect convivial révèle aussi ses côtés sombre, la déshinibition, la tristesse exacerbée, la perte d’équilibre et l’excès de confiance en soi. Tout en légèreté, l’artiste évoque les problèmes d’addiction mais ne manque pas de rappeler, sur scène comme avec le public à la fin du spectacle, le plaisir de partager un verre entre amis.

JPEG - 128.4 ko

La soirée se poursuit sur cette note conviviale avec un concert d’impérial Orphéon, une fanfare endiablée qui rassemble quatre artistes poly-instrumentistes. le public valse à la lumière des lampions, ou termine son verre de rouge dans cette note de gaieté.

Ce rendez-vous chaleureux prend place dans une programmation riche, étonnante et variée aux portes de Nantes à découvrir de toute urgence !

JPEG - 99.8 ko

Coralie M pour le blog des spectateurs