En lutte !

L’usine de Frank et Manu risque de fermer. Les deux hommes et leurs camarades font le piquet de grève. Ils n’ont qu’une idée en tête, sauver leur entreprise. Ils sont En Lutte !

JPEG - 723.3 ko

« Tu entends ce silence [...] ce silence de mort. »

Les machines ne tournent plus. Les ouvriers ont quitté l’usine. Le silence règne dans la nuit. Le piquet de grève est endormi. Il ne reste plus que Frank et Manu, les deux rescapés des bras de Morphée. Le sommeil ne les a pas emporté. Ils sont trop préoccupés par la situation de leur entreprise, leur maison. Frank y travaille depuis plus de trente ans, c’est toute sa vie. Manu n’est là que depuis sept ans mais c’est son premier vrai emploi et ça compte pour lui. Ensemble ils parcourent leurs souvenirs d’ouvriers. Frank se souvient du temps où il faisait bon d’aller travailler. Il repense aux matchs de foot qu’il regardait sur une petite télé avec ses collègues et ses patrons. Il regrette cette époque d’harmonie. Aujourd’hui l’homme ne pense plus qu’à lui. L’être humain est devenu individualiste, pour le plus grand plaisir des patrons. C’est diviser pour mieux régner pense Frank.

« On est fière et debout ! »

Frank est dépité par la société capitaliste qui pense ’profit’ avant de penser ’homme’. Frank, homme d’une cinquante d’année, délégué syndical, est révolté. Le jeune Manu tente de l’apaiser. Et il le fait à coup de chansons. La musique adoucit les envolées révolutionnaires du vieux Frank. Manu est jeune. Il est plus pragmatique. Il ne diabolise pas le patronat contrairement à son ainé. Pour lui ce n’est pas tout noir ou tout blanc. Il veut sauver son entreprise d’une façon plus réfléchit. Il y pense depuis des semaines. Il cherche une solution pour éviter la fermeture définitive de l’entreprise qui fait vivre près de 300 personnes. Son idée est là, il ne lui reste plus qu’à convaincre Frank et les autres. Pour Manu, le sauvetage de l’usine ne passe pas par la séquestration du patron. Il veut être plus intelligent et proposer une chose nouvelle. Frank et Manu sont deux êtres différents. L’un est révolté alors que l’autre est plus réfléchit. Ils se complètent et œuvrent dans le même but : garder leur travail dans une époque où être au chômage fait peur.

Le piquet de grève continue jusqu’au 1 mars au TNT. Allons lutter avec eux !

Clémentine Lavote