Entre songe et réalité : un soleil sur Jupiter

Par un calme samedi soir de mi-octobre, à l’heure où le soleil dort depuis quelques instants, nous glissons dans l’antre chaleureuse du TNT et avec elle nous entrons dans un univers nouveau, celui de la compagnie Un tournesol sur Jupiter.

Le cadre est posé par un sujet grave, celui de la perte d’un proche dans un attentat. Accepter le vide ou continuer de faire comme si l’autre était encore présent ? Pourquoi ne pas accommoder les deux ensemble ? Dans un étrange mélange entre songes et réalité, souvenirs et présent, les deux acteurs s’évitent, se croisent puis se confondent. Les jeux de lumière enivrent et nous font entrer dans le jeu des acteurs, dans leurs espoirs et leur désespoir. C’est finalement une pièce légère, pleine de vérité et de questionnement, rythmée par une rengaine musicale composée par Sonia Kiang, puissante et envoûtante. Par moment, le chant des acteurs nous rappelle qu’il faut envisager les choses simplement et les accepter comme telles.

De ce moment partagé, je retiendrai le souffle de cette pièce, présent en arrière-plan mais qui voudrais prendre toute la place. Je retiendrai son espoir incessant qui montre combien la vie est précieuse et réelle. Je retiendrai sa poésie chimérique, enfantine et innocente face à la gravité de la situation.

La courte durée de la pièce lui donne un caractère furtif, comme s’il n’avait plus rien dire, qu’il était enfin temps, pour le personnage principal d’accepter la mort de sa femme et de reconnaître son corps, d’y mettre une identité, celle du présent, et de lui ôter l’illusion passée.

Adèle

Retrouvez le reste de la programmation de la compagnie Un tournesol sur Jupiter : https://www.untournesolsurjupiter.com/