Espèce d’orphéon de naufrageurs tropicaux ! dirait le Capitaine Haddock

Stranded Horse à l’Auditorum de Rezé avec la Soufflerie, salle comble. Balade hypnotique emmenée par de jeunes musiciens entre la vieille Europe et la vieille Afrique.

Une mélodie entêtante, comme une ritournelle. Les cordes des guitares, violons, kora - une harpe ouest-africaine fabriquée dans une calebasse -, entraînent mes oreilles dans une douce ronde, je danse immobile. La voix claire, languissante (et multilingue) de Yann me berce. Les cordes, les percussions sont des vagues sur ma coque, le violon est le vent dans mes voiles. Le meilleur endroit pour écouter cette musique doit être un hamac sur le pont d’un voilier, c’est là que je me rêve. Et pendant ce pendant, hypnotisé, je m’échoue.

JPEG - 96.9 ko

Quand j’ai fini de rêver, je m’extasie devant la dextérité de Boubacar Cissokho, Sénégalais associé depuis un temps au "cheval échoué" pour en faire un quartet, sa kora est magnifique. Le musicien semble murmurer quoi faire à l’instrument, à moins qu’au contraire il n’écoute attentivement. Ses doigts ne bougent presque pas, pourtant j’entends une fluidité, un talent discret et puissant tout à la fois.

Ce soir, j’ai passé un beau moment, merci de m’avoir soufflé l’idée.

Colas L.

L’image est tirée de Tintin et l’étoile mystérieuse, de Hergé, chez Casterman. J’ai pas résisté.