« Hashtag 2.0 », ballet Hip Hop de Pokémon Crew

Vendredi soir dans l’immense salle du centre culturel Capellia, le tout Nantes est de sortie pour cet événement exceptionnel organisé en partenariat avec le fameux festival Hip Hop Session : Hashtag 2.0 un spectacle de danse contemporaine de la Compagnie Lyonnaise Pokémon Crew.

Avec ces jeunes sortis tout droit de la rue, le Hip Hop troque pour un soir le décor aléatoire des rues pour celui presque aussi neutre d’une scène : un fond rouge ou doré, quelques projections, des jeux de lumières et dans ce décor presque nu, le show commence.

De nombreux danseurs se croisent, glissant et rebondissant sur scène comme s’ils étaient dotés de super pouvoirs, on se croirait presque dans un spectacle de cirque contemporain tant les acrobaties et autres facéties se succèdent. Ils nous étonnent et nous font rire, et peu à peu nous emmènent dans leur univers 2.0.

Les personnalités des uns et des autres se précisent petit à petit, et on découvre les talents de ces 9 jeunes hommes plein d’énergie et de passion. Solo, duo, quintet, sextet… la scène ne cesse de s’emplir et de se vider, une grande attention est portée à la chorégraphie, la mise en espace, la géométrie, à tel point que de nombreuses scènes sont belles comme des tableaux et mériteraient des arrêts sur images.

Fulgurance, poésie, oubli ou outrance, quelle importance ? Ils dansent !

En effet, il n’y a pas d’histoire à proprement parlé, il s’agit plutôt d’une sorte de ballet sur le monde contemporain, la place des écrans et la place de l’homme dans nos sociétés. On peut y lire l’errance de l’homme entre ces univers parallèles et des villes déshumanisées, et face à cela, la beauté et la poésie du mouvement qui cristallise l’énergie vitale et l’humanité la plus brute et la plus archétypale qui soit….

Puis, la troupe, qui s’était taillée un costume bien élégant, jouant le jeu de la représentation sur scène, redescend soudain dans la rue au moment des applaudissement : de la musique hip hop résonne (enfin !) à nos oreilles et les voilà qui dansent, improvisent et joutent comme dans n’importe quelle battle de rue. Un retournement bien sympathique et plein de fraîcheur sur la fin, on en ressort enjoué !

RL.