Ici et là : Duos de choc

Le vent et la pluie sont de la partie en cette dernière semaine d’avril, ils nous mènent au gymnase Tabarly. Repli. Nouvel espace dans mon aventure Ici ou là. Ainsi, une installation intéressante que celle d’un spectacle à rampes sur terrain de basket.

Installés dans nos gradins, serrés contre nos voisins, on découvre deux artistes qui viennent nous rendre visite. Simplement, s’installent corps et décor sonore.

La June Cie présente DRU. Durant près d’une heure, je me sens spectatrice d’un moment privilégié : interactions sensibles et figures désaxées. La complicité des deux artistes révèle un jeu subtil. Peu à peu, lenteur et maitrise du geste au service du non-spectaculaire donne une liberté jouissive aux mouvements et aux regards. Ces regards qui disent beaucoup, jusqu’au bout des pieds. Car j’oubliais, tant la force du spectacle est ailleurs, les trapèzes sont au centre de la scène, tel un prétexte au jeu d’équilibre, de synchronisation, de gravité, tout en connivence.

Un voyage minimaliste, qui ramène à notre réalité par sa justesse et sa liberté.

=> http://lajunecie.com/?fbclid=IwAR1C...

Elisabeth DA PONTCé en duo Boochon.
Une musicienne multi-instruments sans complexes qui dégaine voix, trombone, saxophone baryton, flûte traversière, clavier, trompette, boite à rythmes aux sons électroniques, accompagnée par son acolyte à la guitare et au sous-aphone.

Un duo hors du temps et rythmé qui balance les mots au gré des lumières acidulées.
Deux personnages sortis de Retour vers le futur, qui transpirent décalage et plaisir.
Sous le soleil (…) à vélo (…) t’as tout.

=> https://elisabethdapontce.wixsite.c...

CF