Incursion à la Nouvelle Orléans

En allant à la Ruche pour voir l’exposition I Heart Nola cette après-midi, j’espérais moi même entendre La Nouvelle-Orléans. L’exposition a lieu du 3 avril au 5 juillet 2015 mais attention, le temps passe très vite à cette période de l’année. L’artiste Delphine Henry est actuellement agent de photographes en freelance, après avoir été directrice de photographie pour le magazine Causette.

La Ruche est un petit théâtre aux allures sympathique, caché au fond d’une cour, prés de la place Viarme. Pour être franche, en arrivant j’ai surtout entendu les enfants qui faisait un atelier théâtre dans la pièce d’à-côté. La pièce d’exposition est, en effet, aussi celle de l’accueil et doit faire office de bar en soirée.

Je m’attendais à une exposition avec de grands tableaux et des murs blancs, mais ce fût tout l’inverse ! L’ambiance est chaleureuse, les petits cadres sont mis le long d’une étagère remplie de livres, les murs sont boisés et colorés. Mais pas autant que les photos.

JPEG - 120.1 ko

Alors c’est vrai, je n’ai pas entendu Nola (Acronyme de New Orléans LouisianA), mais j’ai plongé pendant quelques instants dans ses entrailles. Coloré, c’est le mot adéquat pour retranscrire les photos de Delphine Henry. Plus que ça, on croirait que les photos sont animées. On danse, on y chante, on voit des bus, des tramways et même le Mississippi couché sur papier glacé s’écoule paresseusement sous l’objectif de D. Henry. L’ouragan Katerina semble loin sur les façades des maisons, éclatantes de jaune, de bleu et de vert !

Bref, « I heart Nola » est une exposition qui vaut le détour, parce qu’elle vous emmène un peu ailleurs, là ou la magie semble n’avoir pas encore disparu et ou la musique règne, lumineuse et onirique !

Domitille