Le souffle de l’homme rouge

Je suis allée découvrir pour la première fois la salle Vasse mardi dernier et ce premier rendez-vous fut plus que concluant. Ce jour-là la compagnie Science 89 présentait son œuvre « le souffle de l’homme rouge », une œuvre en plusieurs parties, semi-itinérante et participative qui nous emmène dans le communisme russe mais qui sonne pourtant très actuel.

La première partie de l’œuvre se déroule sous forme de cabaret, les comédiens, vêtus de rouge, chantent, dansent et lisent des poèmes face aux spectateurs. L’ambiance familiale nous donne l’impression de partager tous ensemble quelque chose de particulier et je dirais même d’intime. Cette sensation est d’autant plus accentuée par l’intervention de Michel Valmer le patron de la compagnie et de la salle Vasse qui nous explique que l’émotion risque le submerger car cette histoire c’est un peu la sienne.

Les deuxième et troisième parties se confondent légèrement, elles se déroulent sur scène et nous présentent de très beaux et très touchants extraits d’écrits de Sevtlana Alexeievitch, ainsi qu’une valse dans un décor particulier que je n’aurais moi-même pas qualifié de « performance » mais qui a toute sa place dans l’œuvre.

Pour finir l’œuvre se termine par un retour dans le hall pour un échange autour de la question « qu’elle est votre utopie ? ». L’idée de mettre en place un échange et de proposer des spécialités de la gastronomie russe est très pertinente mais je pense qu’elle mérite d’être un peu plus accompagnée car finalement l’échange entre le public et les comédiens n’a pas réellement eu lieu.
Je rentre chez moi avec le désir de m’habiller en rouge…

Clémentine O.