L’envol de l’ange

Dimanche après-midi, direction le Théâtre municipal de Rezé pour assister à « L’envol de l’ange », du théâtre acrobatique proposé par la compagnie québécoise DynamO Théâtre.

Le vilain petit canard
Tandis que la petite salle se remplit rapidement, j’ai le temps d’observer la forêt d’escabeaux présentée devant nos yeux. Enfin, les lumières s’éteignent, nous permettant ainsi de découvrir les quatre protagonistes : Jean, Marcel et Gabriel, trois jeunes frères, et une mystérieuse jeune fille perchée sur son escabeau. Cette dernière a le rôle de la narratrice et nous conte une histoire connue de tous : celle du vilain petit canard, rejeté par ses pairs et qui finira, après une longue période d’errance, par prendre son envol sous les traits d’un cygne majestueux.

Au son de la voix et de l’accordéon de la narratrice, les trois frères se livrent à une série de bouffonneries et d’acrobaties avec leurs escabeaux. Très vite, nous comprenons qu’un terrible secret de famille lie les deux aînés, Jean et Marcel. Gabriel, le cadet, possède l’insouciance de son âge et est bien loin de leurs préoccupations. Les mois passent jusqu’à sa rencontre dans la forêt avec la mystérieuse Marie-Ange. Marie-Ange, nom qui n’est pas inconnu aux oreilles de Jean et Marcel puisqu’il s’agit de leur sœur tragiquement disparue, percutée par un train, bien avant la naissance du petit dernier.

JPEG - 37.2 ko
© Y. St-Jean

Un terrible secret
Sous fond de facéties et d’acrobaties propres au monde de l’enfance, « L’envol de l’ange » traite d’un sujet malheureusement commun à de nombreuses familles : la douleur du deuil. Sous couvert de protéger Gabriel, un silence de plomb s’est tissé autour de cet accident qui a coûté la vie à la jeune Marie-Ange. Enfermés dans leur douleur, la mère et les frères de Gabriel ne peuvent avancer, empêchant ainsi à l’âme de Marie-Ange de rejoindre l’autre monde. Vouloir à tout prix protéger les enfants en les tenant à l’écart des difficultés de la vie ne leur est pas toujours profitable. Entouré des non-dits, Gabriel se sent exclu de sa propre famille, ne parvenant pas à trouver sa place du fait de l’omniprésence du fantôme de sa sœur. En mettant des mots sur leur peine et en révélant enfin ce secret qui ronge chacun d’entre eux, ils parviennent à se libérer, laissant Marie-Ange prendre son envol et rejoindre les anges.

JPEG - 5.1 Mo

Un spectacle drôle et sensible
C’est une belle histoire que nous compte la compagnie DynamO Théâtre, une histoire qui trouve un écho en chacun de nous. Les acrobaties ne sont pas spectaculaires mais elles permettent de donner du rythme au spectacle en alternant entre différentes émotions : la joie, la peine, la peur … En changeant de place et de sens, les escabeaux permettent quant à eux de définir les différents lieux où se joue la pièce. On assiste en effet à un ballet continuel de ces objets du quotidien, nous faisant ainsi oublier leur fonction première.

La mise en scène travaillée et aboutie nous permet de nous immerger totalement dans le récit. J’ai surtout apprécié le joli son de l’accordéon qui nous a accompagné tout au long de la représentation. « L’envol de l’ange » est sans doute un spectacle destiné à un public jeune. Pour autant, le sujet dont il traite et sa jolie mise en scène a su toucher l’ensemble du public.

Clémence