L’œuvre récréative de Denis Plassard !

Entrons dans l’univers de Denis Plassard, artiste en résidence à la salle Onyx à Saint Herblain ce vendredi 17 octobre. La magie va opérer ce soir au rythme de trois compositions chorégraphiques de ce danseur accompli.

Un travail sur plusieurs années, des créations qui ne présentent en apparence rien en commun. Et pourtant, en les découvrant la griffe du chorégraphe se fait sentir. Les détails, le jeu, les masques, l’humour, les pas qui dansent et nous déstabilisent délicieusement, nous spectateurs avertis. L’ambiance monte en puissance sur fond de musique qui s’accélère et nous emporte dans l’univers de Denis Plassard.

JPEG - 11.2 ko

Qu’ont en commun la pièce «  Derrière la tête  », solo joué par l’artiste lui même, qui présente la lutte schizophrénique entre deux aspects d’un même personnage, la pièce «  Critiques  » solo porté par Pauline qui par une répétition incessante de pas se moque gentiment des critiques de danse et la pièce «  Elle Semelle de quoi Carmen » qui met en lumière des artistes hiphop sur l’air du célèbre opéra de Georges Bizet ?

Apparemment rien, si ce n’est cette manière de nous désorienter. Denis Plassard joue avec nous et il aime cela. Mon scepticisme au commencement de « Derrière la tête » s’efface devant l’avancée tourmentée de son interprète masqué. Je me retrouve comme ensorcelée par ce danseur, que je suis intensément, sans savoir réellement ou sont sa tête et ses bas. Il est en effet très troublant de regarder cet artiste, qui joue avec son corps et qui évolue la plupart du temps dos au public.

S’ensuit le deuxième solo, d’une vingtaine de minutes aussi, qui bouleverse nos codes habituels. Au travers de cette femme qui répète une même chorégraphie cinq fois en changeant uniquement le texte qu’elle pose dessus, nous perdons pieds.

La cerise sur le gâteau ? C’est la dernière partie, ce Carmen revisité par des danseurs hiphop. Quelle agréable surprise de se laisser aller dans cette histoire d’amour, pleine de douceur et de tendresse, sur des pas hiphop ! Cette danse plutôt saccadée aux antipodes de nos ballets habituels se marie parfaitement avec cet opéra classique. C’est un vrai délice orgasmique. Une union d’une douceur infinie !

Denis Plassard aime jouer et cela se sent dans ses compositions. Il cherche à aller à l’encontre de cet académique de base, ou la rigueur est de mise et ou les expressions restent figées. Son travail consiste à donner vie à un mouvement infini. Les artistes dansent avec toutes les possibilités qui s’offrent à eux. Le travail théâtral est important chez lui et permet aux expressions de prendre vie.

A la fin, nous avons la possibilité d’échanger avec le chorégraphe et sa troupe. Les clés de compréhension viennent éclairer notre ressentit. Je repars la tête satisfaite d’avoir passé un beau moment et ravie d’avoir découvert cet univers créatif marqué par l’originalité.

Pauline