L’ONPL et la flûte enchantée.

J’ai découvert la musique symphonique à Rome de manière tout à fait fortuite et ne pensais pas revoir un concert classique un jour, n’y connaissant absolument rien. Mais ne pouvant pas résister à l’offre de l’Atelier des Initiatives je me suis relancée dans l’aventure de la musique classique et n’ai pas regretté.

La soirée du 1er mars fut riche en découvertes. D’abord une rencontre avec un musicien Alto qui a dévoilé pendant une heure les secrets de sa vie au sein d’un orchestre national. Il partage alors son expérience de ses concours intransigeant qui ouvrent les portes des meilleures écoles françaises pour devenir musicien. On découvre un milieu d’excellence, d’exigence, mais aussi d’humilité. Car il faut savoir que le groupe ne sait jamais à quelle sauce ils peuvent être mangés par des chefs d’orchestres qui changent fréquemment. On nous dévoile aussi les mystères de la gestuelle du maestro qui dirige ses artistes. Bref un bel interlude qui nous a permis d’entrer dans le monde de la musique classique par la petite porte.

C’est ensuite le moment d’écouter les trois morceaux sur le thème de la flûte enchantée pour lesquels nous sommes venus. Installée au vertigineux deuxième étage, je suis en condition. Le premier morceau m’a particulièrement marquée. Un morceau contemporain, ôde à une personne disparue. J’ai d’abord eu l’impression de quelque chose de très angoissant avec des violons grinçants et des contrebasses qui grondent comme des ombres, puis une certaine douceur. Le second morceau de Mozart est plus volubile avec l’impressionnante soliste de flûte Magali Mosnier qui nous vient exceptionnellement de l’Orchestre Philarmonique de Radio France. Puis le concert se termine en beauté avec un très beau morceau de Beethoven.

PNG - 464.6 ko
La Flûte enchantée, ONPL © C. Daban

Amateur de musique ou pas, ce fut une très belle soirée riche en émotions et en découvertes et je recommande donc vivement les concerts de l’ONPL.

Charlotte.