L’ONPL, montre en marche !

Mon premier concert de musique classique est achevé, mes craintes sont envolées, ce n’est pas si terrible que ça, c’est même dommage que les gens n’aient pas le courage d’essayer, car je suis presque sûre qu’ils y retourneraient ! Alors voilà, un petit coup d’œil à ma montre pour un retour dans le temps, c’est 20h30 le début non ? L’ONPL minutes par minutes c’est parti !

20h20 : montée des escaliers intérieurs de la cité des congrès, on m’indique la place B8, qui se situe dans le parterre.

20h26 : Brouhaha du public, en attendant le début du spectacle, tout le monde parle dans son coin, les musiciens s’accordent, surentraînent, tous ces bruits de fond donnent l’impression d’être dans une bulle.

20h30 : premiers applaudissements, quelle ponctualité ! Le premier violon entre, commence à jouer, d’abord debout, puis assis. C’est le début de la première partie ? Et non, ils s’arrêtent, et le chef entre, les musiciens sont debout, il sert la main au premier violon. Applaudissements. Le processus d’entrée est terminé, le concert commence réellement.

20h32 : la musique incite à imaginer une histoire, on y voit le suspense d’une course poursuite, variations, aigu, puis plus grave. Action, course, rythme soutenu, retour au calme, son uniforme et accompagnement.

20h35 : petit son aigu, sourd, d’abord peu fort puis de plus en plus, instaure un suspense. Que va-t-il se passer ? Tout ça fait penser à l’étrangeté du générique de Vertigo.

20h36 : Est-ce une fin heureuse ? La musique devient plus joviale, plus gaie.

20h36 (et demi) : retour à l’action, la musique s’emballe. Sons forts, moins, monte, descend, un instrument, puis un autre, et encore … mise en haleine, captivant, émerveillement, curiosité.

20h38 : quasi blanc, c’est fini ? Puis ça repart avec un petit son faible, on sens un moment décisif.

20h39 : PUISSANCE, d’un coup les instruments retentissent tous ensemble, léger bond et surprise de l’assemblée.

20h40 : fin de cette première partie, d’abord applaudissements du public, ensuite salut, puis départ du chef.

20h41 : le même brouhaha qu’au début revient, un piano à queue se place tranquillement.

20h43 : entrée du chef et du pianiste, sous le même processus d’applaudissements. Ils commencent à jouer, mais avec une ambiance totalement différente, plus sentimentale, plus douce.

20h44 : musique plus forte, mélancolique, un amour « conté fleurette », on peut facilement imaginer une demoiselle de la cour du roi courant dans les prés.

20h46 : le pianiste joue en solo, si la musique était une ligne, elle slalomerait. Des petits coups secs s’ajoutent, avec un mouvement uniforme des archés.

20h49 : cette demoiselle se fait courtiser, jeu du chat et de la souris, je t’aime moi non plus, on pourrait s’inventer leurs gloussements.

20h51 : l’émotion change, mais elle est dure à définir, c’est étrange.

20h52 : il y a comme un danger, les amoureux partent dans l’interdit et l’excitation, ils échappent aux règles.

20h53 : un jeu de questions / réponses entre les instruments commence.

20h56 : le piano continu seul, mélancolique, c’est une séparation ? Fluidité, question, réponse, tristesse, monumentale.

20h57 : le tout repart, il y a des répétitions, des vides, c’est fouilli, les violons pleurent.

20h58 : fin du premier acte, les feuilles des partitions tournent, le musique reprend, elle évolue, plus solennelle et moins frivole, plus réfléchie. L’amour devient plus responsable.

21h07 : le concert donne juste envie d’être écouté, sans penser à rien, il nous emporte, enlève toutes pensées, on profite, c’est tout.

21h15 : processus d’applaudissements de fin, le pianiste et le chef sortent.

21h16 : les applaudissements continuent, le pianiste revient, salut puis repart, deux fois d’affilé.

21h17 : on a enfin le droit à un morceau de piano en solo.

21h20 : il repart sous les applaudissements. C’est l’entracte, tout le monde sort.

21h23 : j’en profite pour une visite express des lieux, les baies vitrées offrent une superbe vue sur la Loire. Cette pause permet de se sentir au calme avant de revenir dans le brouhaha de l’entre spectacle.

21h40 : Fin de l’entracte, et début de la troisième partie.

22h00 : ça devient difficile de rester concentré tout en profitant du spectacle, c’est peut être un peu long pour une première fois.

22h16 : fin du concert, processus d’applaudissements, les musiciens reviennent trois fois, puis sortie du public. Voilà comment s’achève ce concert.

Marion