La musique bretonne du monde fait vibrer le Nouveau Pavillon avec le Jacky Molard Quartet

C’est une salle comble et enthousiaste qui a accueilli au Nouveau Pavillon le Jacky Mollard Quartet. Sur le programme le style choisi pour définir cet Ensemble est « musique bretonne du monde » et ce nom pour le moins surprenant caractérise à merveille son répertoire très diversifié : l’auditeur voyage entre la mélancolie des musiques tsiganes, les ambiance festives des fest-nozs bretons, et les mélodies d’aventures irlandaises.

Les morceaux sont longs et les constructions mélodiques ne sont pas forcement faciles d’accès : les rythmes et les tempos sont difficiles à comprendre, les mélodies sont très riches et souvent accompagnées d’un contre-chant lui aussi très fourni. Et pourtant le résultat est hypnotique et fait mouche. La réaction quasi-systématique du public - une foule d’applaudissement à la fin de chaque morceau - fait mentir l’idée que les gens aimeraient les morceaux simples et formatés.

La durée des morceaux permet de raconter une histoire et d’emmener le spectateur. Après de longs moments mélancoliques, la cadence s’accélère. Les doigts papillonnent sur les cordes et les touches. Les musiciens dansent avec leurs instruments. On en regretterait presque d’être assis et de ne pouvoir danser sur ces rythmes entrainants.

Violoniste de renom, Jacky Molard a su s’entourer de musiciens de qualité. Son quartet bénéficie d’une solide section rythmique composée d’un accordéoniste (Janick Martin) et d’une contrebassiste (Hélène Labarrière). D’un saxophoniste (Yannick Jorry) qui a su adapter d’une manière très subtile le grain et la tessiture de son instrument au style développé par le Jacky Molard Quartet. Un musicien invité, François Corneloup, a également fait son apparition en milieu de concert pour interpréter avec le groupe un morceau de sa composition.

Les nuances sonores, les variations d’intensité, le mélange des styles en font un groupe singulier et audacieux qui mérite d’être vu et applaudi.

Le quartet est déjà venu à plusieurs reprises au Nouveau Pavillon. Chaque nouveau répertoire a été suivi d’une invitation à venir se produire sur la scène de la salle Marcet. Gardez donc l’œil ouvert sur la programmation et s’ils sont réinvités pour leur prochain album, prenez vos places sans hésiter !

Baptiste et Mathilde