Le Blog : Actualités, presse, buzz abrutissant France auto-centrée, Monde…

L’actu du Grand T en continu mis en scène par Philippe Nicolle
SOCIETE - BUZZ : A y bien réfléchir, il faudra SOULEVER LA QUESTION ! (Blague. Ah ah)
16/03/2016 Posté par notre envoyée banale Mathilde Chevalier pour Le Blog
Lecture zen (§)

Un théâtre, c’est le soir, il fait donc nuit. Les gens veulent « se vider la tête » de leurs propres problèmes.

Scène 6

Gros plan sur le journaliste qui a la peau un peu sèche,

Le Blog : Lecture zen, que signifie ce terme ? Est-ce UN bon TITRE pour vous ?
Philippe Nicolle : C’est une question PERCUTANTe. Il rit de sa propre blague. La pièce est une mise en abîme de mise en « abisme » de mise en abyme de mise… comme dans la pièce 6 personnages en quête d’auteur de Pirandello : la narration est un précipice insondable, sans fond voire même abyssale. C’est une écriture théâtrale qui n’a pas de limites assignables entre la réalité et la fiction / la pièce et la répétition. D’ailleurs, même à la fin, on s’interroge toujours de savoir si c’est la Vraie fin comme dans eXistenZ de Cronenberg. Pour ma part, même après l’avoir visionné il y a 15 ans, cela me questionne encore. Chacun doit rester zen selon les différentes lectures du texte.

Orthographe Abîme Avec un accent circonflexe sur le i remarque Cet accent représente un ancien s (le latin populaire abismus a d’abord donné le français abisme) que l’on retrouve dans abysse

Acte II

La chroniqueuse : Au théâtre, VOUS le dites dans votre spectacle par l’intermédiaire de votre personnage Philippe ; les mots ont une force. Pourquoi le terme percutant et pas « probant » ou « pertinent ».
Le metteur en scène : IL FAUDRA qu’on en rediscute avec le metteur en scène. Ce qui est sûr, c’est que nous sommes partis de la Mort comme prétexte avec une ambiance similaire à la fête des morts de Spectre de Mendes. C’est la seule partie du film que j’ai aimée. La scène de l’hélicoptère également dont le plan en contre plongée est très probant en termes visuels.

-Le metteur en scène : Vous l’avez vu ?
-La chroniqueuse : Oui, au cinéma. Je me suis ennuyée. Le scénario est chiant à mourir. La mort s’est invitée dans ma tête. Ça m’a saoulée. Puis, on s’est pris une cuite.

Entracte

Il s’agit bien d’une discussion (hors micro - crayon)

B  : Puisque vous posez la question !
PN : A Y BIEN RÉFLÉCHIR ahahahaha (Blague de répétition 1).

A ce moment précis, les gens rient de bon cœur. Une hystérique n’arrive plus à s’arrêter.

Introduction de l’auteur

La femme pose LA QUESTION : L’humour est-il le moyen pour vous de soulever des problématiques du milieu culturel ?
Quelqu’un : J’irai même UN PEU PLUS loin. Le domaine du Spectacle Vivant est tout de même en difficulté morbide : pas de structuration, jeunes diplômés formés mais peu embauchés. Un "entre soi" nous apporte préjudices et préjugés et dans le même temps des intermittents du spectacle qui sont caricaturés sur ces 507 heures. Pour les "gens du milieu" qu’il faut vraiment écrire entre guillemets, cette autre lecture, plus introspective, durant la répétition du spectacle est importante. C’est aujourd’hui contraignant de monter un spectacle avec 12 personnes sur scène. Et cela, c’est politique, d’une certaine manière.

En direct du Grand T, sortie de résidence : répétition publique

B : PUISQUE ?!
PN : QUAND MEME ?

L’hystérie contamine le public. C’est le bordel.

B : TROUVEZ-vous que le public réagit bien ?
PN : A y bien réfléchir ahahahaha (blague de répétition 2) Sortir des cadres du théâtre et interroger le public sur son rôle est aussi une question abordée durant nos répétitions : des acteurs meurent sur scène et personne de réagit… On demande au spectateur de prendre la parole mais finalement on lui donne très peu et aucun ne se révolte. Dans un futur proche, j’aimerais que les gens viennent nous engueuler pour engager un débat vraiment de fond.

La journaliste reste un peu pantoise en entendant la réponse "un débat de fond" dans une mise en abysme). Mais elle doit partir. Ils se lèvent. Remerciements polis. Il est tard, il fait donc nuit. Qu’est ce qu’on mange ce soir ? A y bien réfléchir…Ahahahah (Private joke de répétition 3).

Lecteur de cette chronique, tu n’as rien compris. L’auteur te rassure. C’est normal.
Est-ce que je la garde ? se demande Mathilde en postant la chronique.

  • Agenda le 14 mars le 15 mars le 16 mars le 17 mars le 18 mars ET le 19 mars au Grand T(qui signifie le t avec une grande majuscule) 2016
  • Les plus lus : CULTURE 26000 couverts : le patrimoine de la fourchette mortifère- HOROSCOPE
  • THE Place to be : 7 et 8 inclus avril dans le 7-8 à l’Onde à Velizy-Villamachin….
  • THE Question : Vous pouvez répéter la question ?
  • Je m’abonne à partir de 1 euro

Mathilde Chevalier

PNG - 412.3 ko