Le bourgeois gentilhomme 2.0

Depuis fin septembre et jusqu’au 18 Octobre, le théâtre 100 Noms rejoue leur pièce phare de l’année passée : une version moderne et loufoque du Bourgeois Gentilhomme.

Jeudi soir. C’est dans le décor magnifique du théâtre 100 Noms, au Hangar à bananes sur l’Ile de Nantes, que se joue la pièce Le Bourgeois Gentilhomme - Le retour du Jourdain.

JPEG - 47 ko

Si le théâtre ressemble à s’y méprendre à un théâtre parisien, comme la Comédie Française, l’affiche (et le titre) de la pièce donne le ton. Ce n’est pas un classique Bourgeois Gentilhomme que nous verrons ce soir. Les puristes de Molière, faîtes demi-tour, cela risque de vous iriser les poils.

La comédie-ballet (pièce avec chant et danse) de Molière est jouée en entière, mais elle est coupée dans le texte. La pièce originale dure 3h. Le metteur en scène Laurent Cailleton (également directeur du théâtre et comédien) n’en a gardé qu’1h45. Malgré cela, on retrouve toutes les scènes et tous les moments de ballet.

« Oh la belle chose de savoir quelque chose »

Lorsque la pièce commence, nous sommes directement plongés dans l’univers de Monsieur Jourdain, ce bourgeois qui se rêve noble et prend des cours de chant, danse, philosophie et combat. Si le texte est plutôt fidèle à celui écrit par Molière en 1670, le décor marque la modernité de la pièce.

Dès la première scène de ballet c’est l’explosion de rire dans la salle. Adieu musique de Lully (le compositeur de Molière) et bonjour Beyoncé. Et oui, Monsieur Jourdain apprend à danser sur Single Ladies ! Puis il apprend à manier les armes avec un sabre laser, clin d’œil à l’incontournable Star Wars (avec quelques modifications de dialogue pour accentuer un peu plus la parodie).

JPEG - 915.6 ko
JPEG - 875.5 ko

Les personnages eux-mêmes sont un brin caricaturé. Cléonte et Lucile surtout. Les deux enfants amoureux sont représentés comme deux adolescents complètement niais, surtout Cléonte qui a l’air d’être un idiot (totalement à l’opposé de l’image que l’on a du jeune homme dans la pièce de Molière).

Cette modernisation du Bourgeois Gentilhomme est très drôle et très bien jouée. Les 11 comédiens sur scène jouent tous les personnages de la pièce (environ une vingtaine) et ils le font à la perfection. Si vous êtes dans le coin, n’hésitez surtout pas à aller les voir jouer, vous ne le regretterez pas.

Clémentine Lavote