Le dimanche, à la Ruche, les abeilles swinguent au bal de la bonne humeur

Dimanche, le petit théâtre de la place Viarme « la Ruche » portait bien son nom. Comme tous les deux mois, les Zygos ont mis le feu à la Ruche, avec un bal du dimanche convivial et sympathique.
Après le calme, le froid et le gris de la rue, le bourdonnement des conversations, les rires d’enfants et les couleurs chaudes m’ont réchauffé le cœur.

J’ai trois choses à vous avouer sur ma participation au Bal des Zygos dimanche dernier :

  • s’il n’y avait pas eu le blog des spectateurs, je n’y serai sans doute pas allée
  • je n’ai pas dansé
  • j’y retournerai sans hésiter.

Ce serait dommage d’avoir la flemme

Aller à un bal un dimanche après-midi en plein mois de février demande de la motivation. Personne dans mon entourage n’avait le courage de venir avec moi, et ma bronchite et la langueur du dimanche auraient bien pu m’achever moi aussi.
Mais je n’ai pas regretté une seconde d’avoir fait l’effort de venir.
J’ai troqué un dimanche gris et un peu déprimant contre une après-midi colorée qui m’a donné le sourire et mise de bonne humeur.

JPEG - 1.4 Mo

Ce qui m’a marquée, pendant que nous attendions le début du spectacle, c’était la diversité des spectateurs présents. Beaucoup de familles venues avec leurs enfants, des handicapés, des couples, des copines de tous âges…
On est loin de l’élitisme de certains théâtres. Le Bal des Zygos c’est une musique festive et sans complexe, les spectateurs sont eux aussi invités à adopter cet état d’esprit. Si vous voulez danser, vous êtes bienvenus. Et je n’ai pas dit si vous « savez » danser. L’important est de s’amuser.

Ce serait dommage de ne pas danser

Les ZYGOS Brass Band, c’est une fanfare, mais aussi des danseurs hip-hop. Leur musique est un jazz festif venu des Carnavals et des parades « second line » Nouvelle Orléans. Autrement dit, dès la première note, on a les pieds qui brûlent de sauter sur le dance-floor.
Malgré tout, comme je le disais plus haut, je n’ai pas dansé. Et pourtant j’aime danser.
Plusieurs fois j’ai failli me lancer, mais je n’ai pas osé. A ma décharge, je n’étais pas la seule dans ce cas. Même les enfants ont mis du temps.
C’est un petit peu comme au bord de la mer : même si l’eau est froide, il y a un moment où il faut se lancer sinon on n’y arrivera jamais. Et après on ne le regrette pas.

Par contre, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder les quelques courageux danser, à chanter et à écouter les morceaux qui nous faisaient tous taper du pied en rythme. Le bonheur de se laisser porter par une musique aussi entrainante se voyait sur les visages ravis des danseurs.
Les musiciens sont très sympathiques et créent une ambiance conviviale et amusante.

Je vous laisser apprécier par vous même l’ambiance du bal, grâce à une petite vidéo que j’ai trouvée.

J’ai hâte d’y retourner

Ça va être long d’attendre deux mois, mais je retournerai sans hésiter partager un dimanche après-midi aussi convivial, avec des gens aussi bienveillants.
Promis, la prochaine fois je danserai et j’amènerai mes amis ou ma famille pour qu’on se jette à l’eau tous ensemble.
En gros vous l’aurez compris, à ce bal on peut y aller à tout âge (et en plus c’est gratuit pour les moins de 12 ans) et les yeux fermés, surtout si on aime danser.

Rendez-vous en mars pour le prochain Bal des Zygos au théâtre La Ruche, 8 rue Félibien, à 15h30

Mathilde H.