Le Melon Qui nous emmène dans son histoire de chapeau tout en musique et humour !

Cette comédie musicale, création de la compagnie ThéâtreNuit dirigée par Jean-Luc Annaix, jouée à Capellia, rend hommage à l’Art sous toutes ses formes à travers l’histoire d’un chapeau melon.

Le Melon Qui, c’est l’histoire d’un chapeau melon, qui parle et qui part dans la vie avec un léger défaut de fabrication qui a failli lui coûter la vie mais il est sauvé par une ouvrière de l’usine à chapeaux.

Et nous voilà embarqués dans la vie mouvementée de ce chapeau melon ! De son arrivée à la chapellerie où il fait la connaissance de différents chapeaux, personnalisés par les comédiens-chanteurs, en passant par une organisation quelque peu radicale qui veut interdire le port du chapeau melon aux artistes, et enfin par le Pérou et même le paradis, ce chapeau va en voir de toutes les couleurs !

Cette comédie musicale, portée par le talent des cinq comédiens et du pianiste, réussit à parler de l’actualité, de la liberté et de la diversité menacées aujourd’hui, avec finesse, humour et légèreté.
Bien que les chansons et les mélodies aient un côté mièvre, l’humour vient apporter une touche plus piquante et ironique.
Cette pièce est hybride et utilise la danse, le chant, les marionnettes dans un décor « melonesque », où l’action ne sort pas du chapeau.

JPEG - 428.3 ko
La très sérieuse et tyrannique Organisation du Melon.

Il y a des moments particulièrement drôles, comme lorsque le propriétaire du chapeau melon part à sa recherche au Pérou, après que le chapeau ait décidé de s’enfuir, n’étant pas en accord avec l’organisation tyrannique dont il faisait partie, bien malgré lui !
La rencontre avec deux femmes péruviennes, légèrement caricaturées par les deux comédiens ou encore l’intervention d’une professeure de français pendant la pièce de Beckett, « En attendant Godot » sont des scènes très burlesques.

La pièce est truffée de références artistiques et rend un bel hommage aux artistes qui ont porté ce fameux chapeau melon (Chaplin, Roland Topor, etc.).

J’ai apprécié cette pièce, originale et décalée, mais pour ceux qui ne seraient pas des adeptes des comédies musicales, vous risquez peut-être de vous lasser des chansons. C’est à vous de voir !

Anaïs