Le Tour du monde en 80 minutes, ou presque

Une parenthèse à la grisaille, c’est ce que nous a offert le Nouveau Pavillon en ce samedi 16 janvier, en collaboration avec la Maison pour tous : petit voyage pour une grande soirée sous le signe de la rencontre et de la convivialité !

Alors comme ça, vous faites partie des ronchonchons de l’hiver, de ceux qui se plaignent du temps et de ne pas avoir les moyens d’aller en vacances au soleil ?
Et bien au lieu de vous plaindre, vous feriez mieux de mettre votre énergie à la recherche d’une solution de substitution. Parce que oui, comme l’amour, l’ailleurs est parfois là, à notre portée – plus précisément à Bouguenais, du côté du Nouveau Pavillon !

Soleil d’hiver

Moins cher qu’un voyage à l’autre bout du monde, moins polluant et plus éclectique, La grande pièce nous a offert un Tour du monde en moins de 80 minutes, ce samedi 16 janvier ! Petites escapades entre Chili, Argentine, Grèce, Arménie et Russie, tel était le programme.
Sur scène, deux chanteuses au sourire rayonnant, deux musiciens à l’allure détendue et beaucoup de tapis pour accueillir leurs pieds nus : un cocktail coloré et chaleureux.

JPEG - 213.6 ko
La grande pièce
Au placard les manteaux noirs !

A travers musique et chants populaires, c’est l’âme des peuples qu’ils nous livrent sur le plateau : une chanteuse chilienne parle pour ceux qui se taisent, un arménien perché dans ses montagnes et dans sa tête invite à la rencontre du Cosmos
Moralité : « entre les choses de ce monde, seules ont du prix la joie et la fête, le reste n’est rien ». Tout est dit !

Un retour en douceur

Autre raison de se réjouir de ce voyage : ici pas de décalage horaire ni de désenchantement du retour à la maison. Ben non, parce qu’à la maison, c’est pas mal non plus.
Au sortir de la salle, une bonne soupe de légumes maison nous attend, suivie d’un plateau de charcutaille pour les amateurs de gras qui tient chaud, ou d’une assiette végétarienne pour les bobos adeptes du développement durable. Sans parler des gâteaux maison pour le dessert !
Pour digérer le tout, voilà Ronan Le Gouriérec et son saxo, qui vous invite à un fest-noz pas comme les autres. Ici point de regard hostile des experts es danse bretonne qui fusillent des yeux vos pieds empotés : au contraire, les débutants sont les bienvenus. On vous guide à petit pas vers les secrets de la danse du petit doigt.

JPEG - 308.3 ko
Ronan Le Gouriérec
Ronan souffle et la foule danse

Alors, elle est pas belle la vie, même en janvier ?

Pour découvrir les nantais de la Grande pièce, le boute-en-train du fest-noz, c’est par ici.

AR