Leçon de Bidulosophie à la Bouche d’air

Dans une ambiance de cabaret, il s’est passé quelque chose de merveilleux. Le temps d’une soirée, j’ai été téléporté dans l’univers de deux chanteurs aux cheveux ébouriffés.

En première partie, Bastien Moh m’a emmenée dans un univers plein de poésie et d’émotion accompagné de son acolyte Quentin Chevrier, joueur de violoncelle et de balalaïka.

Et puis David Sire et Cerf Badin sont arrivés pour une leçon de Bidulosophie. David Sire a les cheveux ébouriffés et est incapable de ne pas bouger pendant plus 2 minutes alors que Cerf Badin, les cheveux gominés, est impassible dans son costard gris. Ils font la paire et nous emmènent dans leur univers : celui de la Bidulosophie au son envoutant d’une guitare aux notes folks.

David Sire le définit lui-même sur son site : « Un bidule peut se chuchoter, se crier, se danser, se lire, se montrer, se goûter, se chanter. Ce que vous voudrez. Il peut être drôle ou triste, droit ou tordu, maigre ou dodu, clef, clou, clown. Vivant, mouvant, souvent émouvant, il est simplement heureux de se partager. Le bidule est une étincelle. »

A travers ses chansons c’est une philosophie pleine de poésie, d’humour et d’émotions que David Sire a partagé avec son public. Le pouvoir de ses mots c’est d’emmener celui qui l’écoute dans un espace privilégié et de le faire voyager sans bouger de sa chaise.

David Sire transmet ce petit grain de folie qui rend chaque instant unique. De cette étincelle, j’en suis ressortie les cheveux ébouriffés par cette bouffée d’air frais et la certitude de pratiquer la Bidulosophie.

Jeanne