Les féministes de A à Z

L’entrée de la Salle Vasse est remplie de chaises, surprise, ce ne sera pas un « spectacle » auquel je vais assister mais à une rencontre, une prise de parole, un partage, un moment d’échange et de confidences.

Je suis au cœur de cette soirée celles qui prendront la parole plus tard sont toutes autour de moi : en arrivant toutes ces femmes, quelques hommes par-ci par-là, mais oui, toutes ces femmes qui échangent avec vigueur, on sent qu’elles se connaissent toutes, qu’elles partagent énormément. J’observe.

Quand tout à coup, la soirée débute, par un chant, « Debout les femmes ». Quelques femmes dans l’audience se lèvent autour de moi, et chantent. Je suis bouleversée, par ces paroles, par la diversité des femmes qui se sont levées, jeunes ou âgées, et ensemble clament leurs convictions.

Je frissonne en écoutant de nouveau ce chant :

Nous, qui sommes sans passé les femmes,
nous qui n’avons pas d’histoire,
depuis la nuit des temps, les femmes,
nous sommes le continent noir.

refrain :
Levons nous, femmes esclaves
Et brisons nos entraves,
Debout ! Debout !

Asservies, humiliées, les femmes
Achetées, vendues, violées ;
Dans toutes les maisons, les femmes,
Hors du monde reléguées
(refrain)
Seules dans notre malheur,
les femmes L’une de l’autre ignorée,
Ils nous ont divisées, les femmes,
Et de nos sœurs séparées.
(refrain)
Reconnaissons-nous, les femmes,
Parlons-nous, regardons-nous,
Ensemble on nous opprime, les femmes,
Ensemble révoltons-nous.
(refrain)
Le temps de la colère, les femmes
Notre temps est arrivé
Connaissons notre force, les femmes
Découvrons-nous des milliers

Christine Bard et Sylvie Chaperon ont écrit le « Dictionnaire du féminisme – France XVIIIe – XXIe siècle » et c’est à l’occasion de la sortie de ce livre que les femmes de Nantes ou d’ailleurs on été invitées à prendre la parole, et au cours de cette soirée, présenter une féministe.

J’ai des convictions et des idées sur la place des femmes dans notre société, mais je ne connais pas l’histoire du féminisme. Je connais les combats les plus médiatisés, mais je me suis rendue compte pendant cette soirée que je connaissais bien peu de choses.
Elles ont pris la parole, chacune à leur façon : l’une en lisant des lettres, l’autre en chantant, en revêtant une tenue d’avocate, en théâtralisant sa prestation, en racontant en quoi cette féministe-là avait eu une influence dans sa vie.

J’ai découvert énormément de choses ce soir-là, je me sentais parfois ignare, je ne savais pas qui était Marie-Claire, tandis qu’elles semblaient toutes savoir dans l’audience.
C’est une soirée bouleversante à laquelle j’ai assisté, qui suscite l’envie d’en savoir davantage sur l’histoire de ce mouvement, qui m’interroge sur ma propre place dans la société, ma difficulté en tant que femme à m’affirmer, des messages que j’ai intégré depuis l’enfance, et dont il est difficile de se libérer.

Tout le sens de cette soirée : témoigner et amener à continuer à s’interroger et faire évoluer les pensées.

Lucie