Les filles nous mettent en joie au théâtre de la Ruche

La semaine dernière, a été joué le spectacle Filles de joies de la cie Le Chat Perplexe au théâtre de la Ruche. Un spectacle étonnant porté par trois femmes qui redonnent vie aux textes de l’auteure et prostituée Grisélidis Réal.

Il y a un théâtre au coin de ta rue

Le théâtre de la Ruche se situe tout près de la place Viarme, au 8 rue Félibien. Nous avons l’impression agréable d’entrer chez quelqu’un qui nous attendait, l’accueil y est chaleureux, les trois artistes sont dans le hall à discuter avec le public et nous échangeons quelques mots avec les personnes qui font vivre ce lieu.
Un canapé est installé dans le hall et quelques livres de Grisélidis Réal sont disposés sur la table. J’ai pu en apprendre un peu plus, ce qui ne fût pas difficile vu que je ne connaissais rien de cette auteure.

Après mûres réflexions je veux faire prostituée plus tard (ça paye mieux qu’artiste)

JPEG - 39.1 ko

Grisélidis Réal est née en 1929 en Suisse et passa son enfance en Egypte et en Grèce. Elle retourna vivre en Suisse avec sa mère à l’âge de 9 ans après le décès de son père. En 1949, elle ressort diplômée de l’école des arts décoratifs de Zurich. Mariée à 20 ans, elle eu 2 enfants de cette union. Après son divorce, elle eu 2 autres enfants de deux pères différents. En 1961, elle décide de se prostituer pour subvenir aux besoins de ses enfants car sa carrière d’artiste peintre ne lui permettait pas de le faire. Elle commença à écrire en prison où elle fût enfermée en Allemagne pour deal de cannabis. Au cours des années 70 elle devint une activiste, elle défendait l’idée comme quoi la prostitution n’est pas tout le temps subie mais peut être un choix assumé. Elle voyait ce métier comme un don de chaleur humaine, un don d’amour avant tout. Elle mourut en 2005 à Genève. Son roman le plus célèbre est son autobiographie Le noir est une couleur.

Un conte pour adultes

Les trois femmes présentes sur scène nous invitent dans un univers intime, calfeutré et le théâtre de la ruche est parfait pour cette ambiance cosy. Elles commencent par questionner les personnes présentes ce soir-là avec des questions rigolotes : « T’es plutôt parapente ou trottinette ? » puis nous font écouter la voix de Griselidis Réal enregistrée sur une cassette audio, le spectacle sera régulièrement ponctué par la voix de l’auteure-prostituée-révolutionnaire.

Les trois artistes (Lucie Catsu la conteuse, Estelle Coquin la musicienne et Nelly Cazal la plasticienne) ont toutes les trois une présence bienveillante sur scène, elles nous emmènent où elles veulent et nous y allons avec joie. Toutes chantent et jouent la comédie de manière juste, subtile, agréable, sans prétention. Estelle Coquin nous entraîne dans les différentes histoires racontées par Lucie Catsu grâce à des morceaux de musique qui s’accordent à merveille avec les différents contes. Tour à tour elle joue de l’accordéon, de la clarinette et du piano.

JPEG - 84 ko

Nous plongeons avec délectation dans ces histoires fantastiques et humoristiques merveilleusement bien racontées par Lucie Catsu. Je retombe en enfance et me revois dans la bibliothèque municipale où j’allais pour écouter le conteur qui y venait de temps en temps, sauf que cette fois ce sont des contes pour adultes ! Ça parle d’amour, de prostitution, de folie, de marins, de pays lointain et d’écriture. Pendant ce temps, la plasticienne, Nelly Cazal, crée des sculptures à l’aide de bandes de plâtre. Je ne t’en dis pas plus pour te laisser la surprise mais le rendu final est étonnant, le principe étant simple pour un résultat admirable.

La soirée n’est pas finie

Après la représentation, les trois artistes nous ont invités à discuter et à partager un verre avec elles et l’équipe du théâtre. Ça fait du bien d’avoir un théâtre au coin de ta rue !

Noémie