Les Fourberies de Scapin au Théâtre 100Noms

Je me suis rendu pour la première fois au Théâtre 100Noms le 29 octobre dernier pour redécouvrir les Fourberies de Scapin en version moderne... et tzigane !

Je découvre ce lieu chaleureux dont le hall est tapissé par des photos sous cadre d’acteurs qui poussent à faire un petit quizz avant l’entrée dans la salle. Cette dernière copie un théâtre classique avec un balcon de chaque côté de la salle où s’installent les familles lentement. Le public est assez hétéroclite ce qui honore la postérité de Molière.

Venons en directement au spectacle qui nous prend très vite après quelques soucis techniques pour l’ouverture du rideau. Le sujet est alléchant, dépoussiérer notre Scapin pour une version moderne sous le signe manouche. La scène s’ouvre sur la troupe composée de 7 acteurs qui jouent chacun d’un instrument. On s’aperçoit très vite cependant qu’il y a un musicien (à la guitare), qui n’a d’ailleurs pas d’autre rôle dans la pièce, et des acteurs qui manquent de technique musicale. Notre guitariste semble tout droit sorti de Louisiane et joue des airs très inspirés du bayou plus que du jazz manouche, qu’importe les oreilles apprécient et se laissent emporter.

Je retrouve avec plaisir la belle langue offerte dans ce texte classique. Malheureusement le choix de mise en scène très rapide donne du rythme à la pièce mais fait vite perdre pied aux acteurs qui buttent régulièrement et bafouillent. Ces petites erreurs ne sont pas gênantes individuellement mais nuisent au fur et à mesure à la fluidité du spectacle et à la performance d’acteur parfois au bord de la sortie de jeu. De ce côté, on est un peu déçus car l’on ressent de vrais talents inexploités derrière un jeu souvent trop caricatural. Chaque rôle souligne un unique trait de caractère. Seul Scapin tire son épingle du jeu avec une approche plus subtile où l’on retrouve l’ingénuité, la ruse et la manipulation. Malgré tout, il vaut parfois l’excès à la retenue, la pièce étant une grosse farce, l’exagération porte l’effet comique et l’on ne s’ennuie absolument pas. On rigole aux différents quiproquos et chutes. On se laisse facilement emporter par le rire des enfants qui sans comprendre (j’imagine !) tout le vocabulaire sentent bien la tension humoristique des scènes.

Au final c’est un bon divertissement auquel j’ai assisté. J’ai été déçu par la proposition artistique qui n’était pas assez approfondie selon moi : très peu d’utilisation du sujet manouche en dehors de la musique, le décor qui ressemble plus à un bidonville qu’à un camp manouche et un jeu d’acteur qui mériterait d’être approfondi. Cependant la pièce reste toujours aussi séduisante et accessible et c’est une performance en soi de pouvoir tenir un texte classique très difficile sur toute sa durée. Je recommande donc cette pièce pour découvrir cette œuvre intemporelle et passer un bon moment en famille.

Fabien