Ma langue maternelle va mourir et j’ai du mal à vous parler d’amour de et par Yannick Jaulin

Comédien décalé qui met à l’honneur le patois depuis plus de vingt ans, Yannick Jaulin, offre avec cette conférence-concert un moment fort en réflexion et en émotion.
...

Le plaisir des mots

Le conteur vendéen, nous raconte son amour des mots en prenant comme point de départ son rapport à la langue en installant rapidement une complicité avec le spectateur grâce à son humour. Originaire de Pougne-Hérisson dans les Deux-Sèvres, il fouille sa langue maternelle, son essence, provoque des rencontres. Le spectacle est bilingue en parlange, le patois vendéen, sa langue maternelle, que l’on découvre ou redécouvre au fur-et-à-mesure.

Yannick Jaulin met en scène son amour des langues avec Alain Larribet, musicien du monde et bearnais, passionné par les instruments de musique ethniques. Un duo touchant qui s’articule très bien sur scène. Multi-instrumentiste, il accompagne Yannick Jaulin par des sons, des chants en bearnais et des instruments (harmonium indien, duduk arménien ...) collectés lors de ses nombreux voyages.

...

L’émotion et la langue maternelle

A l’heure où les langues se normalisent et où le français se noie dans l’anglais, le conteur s’interroge sur la place des langues dans notre société. Yannick Jaulin reste fidèle à ses convictions, défendant le patois comme un moyen de résistance et se faisant porte-parole militant du monde paysan.

parler, disserter, disgresser sur la langue ; parler de l’hisoire du français, de sa fabrication siècle après siècle ; parler de ma langue maternelle, de l’éradication des patois

Yannick Jaulin nourrit son discours avec des références et des citations de grandes figures historiques, de philosophes, d’anthropologues comme Bourdieu, Barthes en tombant un peu dans l’extrême à la fin du spectacle … Le conte bascule parfois dans un récit moralisateur où le spectateur a du mal à s’y retrouver parmi tant de dates et de détails historiques. Malgré tout, cet amoureux des mots présente les langues comme un moyen de partage, d’ouverture un moyen de répondre aux crises sociétales ; donnant ainsi au spectacle une dimension actuelle.

JPEG - 27.6 ko

Ma langue maternelle va mourir et j’ai du mal à vous parler d’amour est le premier volet d’un diptyque sur la langue, dont la seconde partie, Causer d’amour parle de transmission et construction amoureuse.

...
Emily Cruz Barthelemy