"Marié à tout prix" au Théâtre de Poche Graslin

Jeudi dix-huit avril, je me rends pour la première fois au « théâtre de poche Graslin ». Ce théâtre de quartier est situé en plein centre de Nantes au détour de la rue Lekain, une petite ruelle, de prime abord, pas forcément engageante. Pourtant selon toute vraisemblance beaucoup de choses intéressantes y sont à découvrir. Il y a d’ailleurs foule.

Côtoyant le café Landru, avec sa grande terrasse conviviale, le théâtre de poche déroule, à proprement parler, le tapis rouge. Sur ce dernier des chaises sont mis à disposition, un tirage au sort pour gagner une place gratuite est organisé, les gens papotent et profitent de la douceur de cette soirée de printemps avant de rentrer dans la salle. Ajoutez à ça, l’accueil est on ne peut plus chaleureux.
Force est de constater que tout dans ce théâtre à taille humaine, inspire à la convivialité. Point de départ primordial pour passer un bon moment.

Je m’apprête à voir « Marié à tout prix », une pièce de Nicolas Hirgair qui met en scène Antoine, professeur dans une ZEP et fraîchement célibataire. Celui-ci à des dettes à ne plus savoir qu’en faire. Harcelé par son banquier il décide de demander de l’argent à son grand père convalescent. Échec cuisant. Pourtant il rencontre son aide-ménagère, Corine Monge, qui lui apprend qu’il y a un héritage à la clé. Seule condition, Antoine doit être marié ! Et ceci avant les 80 ans de son papy ! Dans dix jours ! Corine incorrigible optimiste lui propose de l’aider à relever ce défi.
Le titre de la pièce donne le ton. Dès le départ je cerne le sujet et me projette facilement dans l’œuvre ce qui n’est pas pour me déplaire. Je dois dire que je ne voulais pas trop prendre de risque pour ma sortie du jeudi soir. Mais je me demande tout de même si cette intrigue, qui aurait tendance à apparaître comme assez mince, ne transformera pas cette pièce en une série de clichés dont souffre souvent le genre comique.

Je suis tout de même très enthousiaste, cela fait longtemps que je ne suis pas allé au théâtre ! Le rideau s’ouvre :

Je découvre alors les deux uniques personnages qui, tour à tour, dans un monologue des plus drôles, me font percevoir leurs personnalités.
Antoine pessimiste, s’attachant au passé, vraisemblablement opportuniste, quasi-cynique peut être, s’oppose à Corine dynamique, enthousiaste, pour qui rien ne semble être un souci.
Autant dire que quelques minutes après le début de la pièce, lorsque les deux protagonistes se rencontrent enfin, la scène est explosive. C’est alors le moment du pacte : Corine aidera Antoine à trouver une femme en dix jours. L’histoire entre les deux acteurs est scellée, la pièce est lancée.
C’est ainsi que j’assiste à un des moments le plus drôle de l’œuvre : Antoine rencontre plusieurs prétendantes dans un bar. Chacune d’entre elles possèdent une personnalité très affirmée ! Je n’en dis pas plus et vous laisse imaginer le comique de la situation.
Je note alors la très grande performance de Rochelle Grégorie, qui joue Corine Monge, mais également toutes les rencontres d’Antoine. Changement express de costumes en coulisse, d’intonations de voix, de mimiques, et de démarches, en fonction des personnages joués. Le tout avec un rendu des plus comiques. Toute la salle rit allègrement. Extraordinaire moment !

Rochelle détient finalement le rôle porteur de la pièce, c’est elle qui déroule l’intrigue au fur et à mesure. Sa formidable présence physique sur scène amène à certaines situations d’autodérisions sur son propre corps. Clin d’œil à chaque fois bien placé, qui renvoie directement à l’image que les hommes et la société peuvent avoir de la femme. Petite leçon de morale transmise avec beaucoup d’humour !
La prestation de Sebastien COP, interprétant Antoine n’est pas en reste. Sa prestance naturellement avenante et touchante s’oppose avec le coté cynique du personnage qu’il joue (se marier pour de l’argent). Ce qui n’est pas pour me déplaire. Ainsi la pièce ne tombe pas dans un comique de mauvais gout qui ne m’aurait pas fait rire. Sur ce dernier point, le texte joue également de contraste car l’œuvre est ponctuée de petits moments qui rendent plus humain Antoine malgré sa volonté de mariage arrangé. Sébastien donne admirablement la réplique et m’emmène dans son monde théâtral. Je suis plongé dans l’histoire, à aucun moment je ne décroche ou ne m’ennuie.
Vous l’aurez compris, nous avons affaire à un duo de choc, professionnel et dynamique mais aussi touchant et sympathique. Les scènes s’enchainent à une vitesse effrénée et chacune apportent son lot de rire. Le public est en haleine et attend chaque péripétie avec impatience.
Je note également, avec beaucoup de joie, la présence de musique qui rythme la pièce. Malgré un décor sur scène relativement simple, elle nous aide à nous plonger dans l’histoire. Je pense notamment au passage du bar, avec Antoine et ses prétendantes, qui ne dispose d’aucun élément de décor. Mais un peu de jazz et quelques jeux de lumière donnent admirablement le change. Ceci dit la présence physique des acteurs est tels qu’ils me passionneraient même sur une scène totalement vide, éclairée par un simple néon blafard !

Le dynamisme de l’œuvre est aussi appuyée par les interactions avec le public très bien placées. Écrites ou improvisées ? Qu’importe l’effet est là ! Décuplé d’ailleurs par la petite taille de la salle qui nous donne presque l’impression d’être sur scène avec les acteurs. Ou du moins d’avoir l’honneur d’une représentation privée.

Pour conclure, un théâtre convivial, une pièce dont l’action se déroule de façon construite et fluide, des acteurs extraordinaires, du dynamisme et du rire, une salle intimiste, quoi dire de plus ? Un très bon moment passé au Théâtre de poche Graslin.
Mon inquiétude de cliché du début est littéralement balayée. Des généralités bien sûres mais bien amenées et toujours drôles. Très drôle !

N’hésitez pas à découvrir ce théâtre. Je me permets de mettre le lien du site internet vous y trouverez toutes les informations utiles.

https://www.theatredepochegraslin.fr/

Jean