Nocturne en musique avec Eurofonik au château des ducs

Jeudi 21 mars 2019, concerts multiples dans le Château des Ducs de Bretagne à Nantes dans le cadre du festival Eurofonik organisé par le Nouveau Pavillon.

Ce jeudi 21 mars au Château des Ducs de Bretagne, dans le cadre du festival Eurofonik organisé par le Nouveau Pavillon a eu lieu une nocturne où le public était invité à assister à 5 concerts de 20 minutes :

Concert 1 : Nous sommes reçus pour ce premier concert par un dénommé Charles. Il commence en chantant de loin, on découvre alors sa belle voix de ténor se rapprochant de nous doucement. Le chanteur nous raconte alors les origines de ses chants. Ils ont été collectés en pays breton entre Rennes et Redon. L’artiste nous a invité à chanter avec lui un vieux chant breton assez populaire. Ces 20 premières minutes de concert mettent le public dans un bon état d’esprit pour la suite.

Concert 2 : Pour ce petit concert de 20 minutes c’est Morgane qui nous reçoit, elle commence par un chant en espagnol de Galice, accompagnée d’une petite percussion. Le première chanson me laisse perplexe, sa voix m’a moins touché que celle du premier concert. Cependant pour son deuxième morceau, l’artiste a joué de la harpe : le son de l’instrument se mariait très bien avec celui de sa voix. Ainsi Morgane a su envouter son audience avant de passer au récit de la création de sa dernière chanson. Récit plus long que la chanson...bien plus long...

Concert 3 : Pour le concert sonnant la moitié de la soirée, nous continuons notre tour d’Europe pour nous rendre en Angleterre, avec une violoniste haute en couleur et plein d’entrain. Ses airs de musique traditionnelle nous ont fait voyager chez elle ou l’on se serait bien imaginé en pleine fête du village à danser sur des airs triviaux. Le groupe n’a pas osé danser mais plusieurs personnes tapaient du pied pour suivre ces rythmes entrainants.

Concert 4 : Ici pas de salamalecs, à peine l’audience installée que le duo d’artistes espagnols se lance dans leur concert de 20 minutes. Les morceaux ont été enchainés rapidement et nous avons pu profiter au maximum de l’énergie envoyée par ces 2 jeunes hommes. Rythmes entrainants, joués à l’accordéon par l’un et suivi voir menés par l’autre qui utilisait plusieurs flûtes en même temps. Ces flutes sont en faites une cornemuse sans poche d’air. Une sorte de cornemuse à souffle continu dont le son de fond m’a quelque peu dérangé parfois.

Concert 5 : Quoi de mieux pour finir notre voyage au cœur de la nuit et du festival Eurofonik que d’aller à l’autre bout du monde, en Corée du sud. Ce 5eme concert, sans chant comme le précédent, nous a fait découvrir un instrument que peu de personnes de la salle devaient connaitre : le kayago (ou gayageum). Il s’agit d’un instrument coréen de musique traditionnelle de la famille des cithares. Il est imposant. L’artiste en joue assise en grattant, frappant les cordes à l’aide d’une sorte de stylet métallique. J’ai beaucoup apprécié regarder les mains de cette femme qui dansaient sur les cordes de l’instrument tel un philatéliste en suspension au dessus du vide. C’est un vrai ballet exécuté de main de maître.

Cette nocturne est donc rythmée et propose de découvrir divers univers et artistes dans une même soirée. Elle est idéale pour des personnes qui cherchent à diversifier leurs connaissances sur la musique du monde tout en passant une agréable soirée dans un cadre magnifique.

Amaury Courtois