Nonette de choc au Nouveau Pavillon

Lors d’une fin de journée ensoleillée, au Nouveau Pavillon à Bouguenais, la Brigade d’intervention vokale prend ses quartiers dans le patio au centre du bâtiment pour un concert pas comme les autres…

La marque de fabrique de ces neuf chanteuses nantaises ? Revisiter a capella, en polyphonie et en canon, le répertoire des chansons populaires et contestataires d’Europe. Chants de travail italien ou occitan, chant de révolte turc, hymne à la liberté, chant révolutionnaire russe, revendications ouvrières… Pendant une heure et demie, ce GIGN féminin d’un nouveau genre nous a fait voyager à travers des siècles de lutte avec pour seules armes leurs voix et leurs mots. Quoi de plus naturel pour célébrer les 50 ans de mai 68 !

Le concert, mis en gestes par le jeu d’actrice des intervenantes, est à plusieurs reprises relevé par quelques instruments de musique tels un accordéon ou des tambours, voire même les corps des chanteuses qu’elles utilisent comme percussions ! S’en dégage une très belle harmonie entre les « brigadières », chacune prenant à tour de rôle les rênes d’une chanson pour la présenter puis entraîner ses acolytes dans la mélodie et l’histoire contée. Qu’elle nous ait émus ou fait danser, la BIV nous a rappelé tout au long de cette soirée la force collective du chant à haute voix.

Malheureusement, d’un point de vue logistique, les résultats n’étaient pas tout à fait au rendez-vous. En effet, aucune signalisation n’était indiquée pour se rendre à la salle de spectacle. Dans le patio et dans le bâtiment, pas assez de places assises pour tous les spectateurs : une bonne partie d’entre nous a donc dû passer le concert debout. Pire encore, le patio, de par sa surface réduite, ne pouvait recevoir tout le public, même debout (le concert était annoncé complet). Je n’ai donc eu d’autre choix que d’assister à la représentation derrière une baie vitrée, seul endroit me permettant de voir l’ensemble des protagonistes, qui se partageaient dans un coin une estrade d’ailleurs bien petite pour 9 personnes.

Pendant le concert, les chanteuses ont dû rivaliser de puissance pour se faire entendre du public lors de 3 passages d’avion au-dessus de nos têtes. Enfin, aucun micro n’était mis à disposition du groupe pour la présentation des chansons, ce qui ne permettait pas aux personnes les plus éloignées de l’estrade d’entendre les explications des chanteuses. A la pause, une des chanteuses a également déploré la mauvaise acoustique qui les empêchait parfois d’entendre distinctement chacune de leur voix. Quel dommage !

JPEG - 145 ko

Cécile D.