Petites histoires.com

Hip-Opsession à l’espace culturel Capellia.

De la danse des racines, ou comment le métissage sensibilise un public varié à la culture hip-hop.

Quand j’étais petit, je me souviens, ma soeur faisait de la danse et je trouvais ça sans aucun intérêt. Il a fallu une première fois. Ce moment indélébile qui déplace le regard qu’on porte sur quelque chose. Un instant fragile pendant lequel jugements et à priori disparaissent, un truc bouge, un déclic, un je ne sait quoi qui transforme l’habitude en éveil curieux.

Souvent, ces moments surviennent sans prévenir, il est rare qu’on décide d’aller voir un spectacle qui ne nous intéresse pas dans l’espoir de changer d’avis...
Parfois, le changement ne tient pas à grand chose, quand les plus grand spécialistes laissent les néophytes de marbre alors c’est une question de moment, de maturité peut-être, d’écoute sans aucun doute. Une attention qu’on a pas choisi et qui nous dépasse, nous submerge et nous touche. On est bluffé, accroché, on en veut plus, on veut essayer, on voit dans notre découverte une réponse à tous nos doutes, carrément.

Parfois, on cherche ce moment et on l’attend tellement qu’il ne vient pas. D’autres fois encore, on ne vit que le souvenir du déclic, on en a tellement vu qu’on a un regard technique, ou pire, désabusé.
Alors, on observe ceux qui sont en extase avec un sourire attendri. Le plaisir est communicatif. C’est ce plaisir de danser, de bouger, d’explorer les rythmes et les articulations, de déconstruire un mouvement pour en trouver dix, d’être attentif au moindre mouvement, posture, attitude, break, contre-temps, respiration, silence qui ce partage de ce spectacle de la Cie Accrorap. Le plaisir de parler du hip-hop way of life.

Le hip-hop c’est bien plus qu’un style, déjà à l’époque des premiers samples les influences musicales étaient Internationales. Aujourd’hui mode, musique, danse, arts de rue ou académie aux codes stricts, le hip-hop est un courant social aux valeurs de liberté, solidarité et joie de vivre. Politique donc et intime aussi, le spectacle brasse tous les genres, du main à main acrobatique sur un fond d’accordéon, au classique break aussi satirique qu’en battle, pointe l’égo des jeunes coqs, et oui on a tous un "quand tu allais je revenais". Le hip-hop traverse les frontières et touche tout le monde, ovation de la salle.

H.