Piano con Brio

Une soirée à l’ONPL, le plaisir de retrouver la salle de la Cité des Congrès, les musiciens sont déjà en place lorsque j’arrive, les grelots ont déjà résonné dans l’entrée pour nous signifier que le concert approche, vite, vite, installez-vous !

Toujours la même difficulté d’écrire et décrire un concert de musique classique, mais le plaisir est là, lorsqu’ils s’élancent tous ensemble, ces musiciens, ces passionnés, on se laisse bercer par la mélodie.

Ce soir-là : Piano con brio.

STANISŁAW MONIUSZKO (1819-1872)
Paria, ouverture - arrangement de Fitelberg

CAMILLE SAINT-SAËNS (1835-1921)
Danse macabre
Concerto pour piano et orchestre n°2
Bertrand Chamayou · piano

JEAN SIBELIUS (1865-1957)
Symphonie n°1

L’orchestre est mené par Antoni Wit, il a de la fougue, de l’envie, il les mène à la baguette (ouhouh, je me permets une blague).

Le moment fort de ce concert, c’est surtout la venue de Bertrand Chamayou au piano. Il accompagne l’orchestre sur la partition de Camille Saint-Saëns. Je ferme les yeux pour me laisser embarquer dans l’univers et la mélodie du compositeur. J’aimerais observer les doigts de l’artiste qui naviguent sur ce magnifique piano à queue, malheureusement ils sont cachés par l’instrument. Peu importe, les yeux fermés, je m’envole.

La salle semble fascinée par la dextérité et les notes qui s’enchaînent à merveille. Le morceau se termine, vague d’applaudissements.
Le cérémonial prend la suite, sortie du chef d’orchestre, du pianiste, puis de retour sur scène, applaudissements, et le soliste nous offre un moment unique : le Clair de Lune de Debussy.
Cette fois l’orchestre écoute et observe, seul au piano, Bertrand Chamayou, joue avec délicatesse ces quelques notes qui transportent la salle. Calme, douceur, envolées.
...
Un temps de pause est nécessaire, reprendre ses esprits après cet instant hors du temps, puis applaudir, et sourire.

Un grand merci à l’ONPL de me permettre ces découvertes, vivre et ressentir ces émotions.
Lucie