Rétrospective John Ford au Cinématographe

Du 16 décembre 2018 au 18 janvier 2019

Comme beaucoup d’enfants de ma génération, j’ai grandi avec un papa fan de westerns. Le train sifflera trois fois, Le bon, la brute et le truand, Trois heures dix pour Yuma....

Ces films ont toujours fait partie de mon patrimoine personnel mais certains manquaient à ma culture. C’était le cas de la Chevauchée fantastique (Stagecoach), de John Ford, qui date de 1939. Et de toute sa filmographie d’ailleurs. Je me suis donc rendue lundi 17 au Cinématographe, pour la soirée d’ouverture de la rétrospective consacrée au réalisateur prolifique (plus de 120 longs-métrages).

JPEG - 120.4 ko

Il s’agissait d’une séance Vidéodrome, suivie d’une analyse filmique et d’un débat proposés par Antoine Bourg, enseignant en culture audiovisuelle et artistique. C’est ainsi que j’ai appris que John Ford était le modèle absolu d’Orson Welles. Ce dernier, avant de réaliser Citizen Kane, a regardé la Chevauchée fantastique quarante fois !

La Chevauchée fantastique, c’est le film qui a révélé John Wayne. Tourné au milieu de Monument Valley (vous voyez les décors dans Lucky Luke ? C’est exactement ça), il relate l’histoire de 6 personnes à bord d’une diligence. Ces personnes n’auraient jamais dû se rencontrer et elles vont se retrouver au coeur de la lutte contre les Apaches de Geronimo. Des cascades dignes de Ben Hur, des dialogues drôles, et une dépiction pleine d’humanité des exclus de la "bonne société". John Ford montre ici tout son talent. Et petit cocorico : l’histoire est inspirée de Boule de suif, la nouvelle de Maupassant !

Pour les personnes qui souhaitent en savoir plus, la rétrospective John Ford se termine le 18 janvier 2019. Vous retrouverez le programme sur le site du Cinématographe. De quoi s’occuper pendant les vacances !

Anaïs